Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

chronique Par Daniel Schneidermann publié dans le dossier : Euro : le commencement de la fin ? discuté depuis 09:19 le 24/06/2016

Ce soulagement des dernières heures, quand on y repense. Comme un seul homme, les sondages et les marchés prédisaient une remontée finale du "Remain" (on reste), dans le référendum britannique sur le Brexit. On s'était fait peur, on s'était donné le grand frisson, d'accord, mais les choses allaient finalement rentrer dans l'ordre au dernier moment. Elles rentrent toujours dans l'ordre. Rebondissement épouvantable mais providentiel, l'assassinat de la députée anti-Brexit Jo Cox allait faire réfléchir les brexiteurs les plus modérés. Jusqu'au début de la nuit, ils y croyaient. Et puis, il fallut bien refaire les Unes.

Bien malin qui peut prédire de quoi les prochains mois seront faits. Effondrement de la livre sterling et du Nikkei, demandes de référendum de l'Ecosse et du Sinn Fein, sans compter celles de Le Pen en France, et de Geert Wilders aux Pays-Bas : les premières nouvelles du matin dessinent un paysage de désintégration en chaîne. Un paysage trompeur...... > Lire l'intégralité du texte
Participations votées d'utilité publique sur ce sujet

Par constant gardener

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Bien malin qui peut prédire de quoi les prochains mois seront faits.
Je prends les paris : dès demain (au plus tard), tous ceux qui prédisaient l'apocalypse économique viendront nous dire qu'au fond, rien ne changera....
> Lire ici > Lire en contexte

Par DétecteurdeVérité

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Un jour désastreux
La victoire de la bêtise et des terrassés de peur sur le bon sens
Bien sûr on peut les excuser ces anciens mineurs du Pays de Galles d'avoir voté à 52,5% pour sortir. On peut leur trouver des excuses, des circonstances atténuantes, on peut dire qu'ils ne sont pas de la classe qui profite malgré le fait qu'il y ait eu plus de 60% qui ont voté pour rester dans des villes comme Cardiff.
Alors plus on va dans les terres, plus les gens profitent des investissements routiers et autres que l'Europe leur apporte, plus ils ont voté contrairement à leur intérêt, tout cela parce que des imbéciles comme ce Nigel F.. ont fait raisonner en eux la voix de la déraison et tout cela parce que les médias autres porte voix de la stupidité ont préféré attiser les flammes, et tout cela parce qu'aucun politique n'a eu le courage de mettre les gens en face de leur responsabilité, de peur de hérisser leurs électeurs dans le sens contraire du poil.

Aujourd'hui, on peut donner le score (la démission de Cameron n'étant en rien un élément de soulagement) à l'Euro du foutre en l'air l'EU/UE, les loups ont gagné : que ce soit le tsar Poutine, le clown Donald Trump ou même de façon totalement marginale la fille du borgne qui ne sait pas vraiment de quoi il en retourne.

Nous avons vécu 70 ans de construction pénible d'un rêve qui est devenu réalité vécue par tous : nos bébés qui profitent de maternités subventionnées par l'Union, nos enfants qui étudient à Berlin ou à Séville, nos adolescents qui partent en apprentissage aux quatre coins du continent, nos salariés qui sont en contact journalier avec leurs collègues des autres usines/bureaux européennes, nos vacanciers qui cherchent chez leurs cousins de quoi améliorer leur quotidien quand ils reviennent dans leurs brumes, nos vieux qui vont sécher leurs vieux rhumatismes en Dordogne, Algarve ou Andalousie.

On a beau se dire que cela leur servira de leçon, on a beau se dire que quand ils affronteront les paquets de mer, ils verront bien que l'idée d'Europe était à développer et améliorer et que l'enfermement à Trifouillis les Oies ne règlera jamais rien, et signifie plutôt la décadence totale.
On a beau se le dire, mais ce qui nous serre les tripes, c'est de savoir que nos enfants risquent de perdre ce rêve qui était devenu réalité, tout cela à cause de l'ignorance, la facilité et la fainéantise de tous ceux qui préfère s'embarquer avec les loups plutôt que de consolider ce qui existe déjà.

Ce jour terrible est pareil à celui du retour de Chamberlain et Daladier, sauf que l'on ne peut même pas espérer que l'Histoire soit plus clémente ensuite

Awfully sorry...
> Lire ici > Lire en contexte

Par Dogu

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

On ne vit pas dans le meme monde.

Moi, les maternites, je les vois fermer pour cause de respect de la regle des 3%.
Les salaries des usines, voient leurs usines fermer et leurs machines partir en Bulgarie.
Et les vieux prolos, dont les retraites s'effondrent, et ben ils crevent chez eux.

C'est tout le probleme de cette UE : elle a separe sa populations en deux classes et la classe dominante ne voit meme plus les domines. Ils ont disparu du radar.

La classe dominante, elle ne voit que les vacances en Espagne et les meetings en visioconference avec leurs collegues privilegies d'Allemagne ou d'Angleterre.

Elle ne voit pas les jobs a 1€, les reduction de salaire, les delocalisations, l'immobilier inaccessible, l'eloignement de l'age de la retraite, le cout de plus en plus eleve pour elever des gosses, financer leurs etudes....
> Lire ici > Lire en contexte
Tous les commentaires (207)
Par Al Ceste

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Ce Brexit ne serait une bonne nouvelle que si les princes qui nous gouvernent à Bruxelles et Berlin, ensuite seulement à Paris et si les pré-cités daignent les écouter, autres capitales, acceptaient de ne plus fabriquer une Europe toujours plus marchande, toujours plus dirigiste et moins-disante socialement.

J'ai dit « serait » et pas « sera » car j'ai comme un doute. Remember la façon dont le non au référendum de 2005 a été ignoré.

Qui paiera la facture ? Les plus fragiles, comme toujours. Exemple ici, petite commune de 250 habitants, une famille anglaise vient de s'installer. Résultat : deux mômes de plus dans notre mini-école régulièrement menacée de fermeture.
Si elle repart à cause de la baisse de la livre : les menaces sur l'école reviennent et on continue de vieillir...

(A écouter quelques zéditorialistes ce matin, une dominante : le peuple est un c.n, égoïste, incapable d'accepter de se sacrifier pour permettre aux patrons de se fournir en main d’œuvre étrangère)

PS Ci-dessous, texte de Morvan Lebesque sur Hugo et sur les monstres :

[misentrop2.canalblog.com]



Modifié 1 fois. Dernière modification le 09:24 le 24/06/2016 par Al Ceste.
Par kawouede

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

C'est beau, Hugo à l'appui, n'empêche qu'il était dans la rue en juin 48 pour essayer d'arrêter l'incendie des barricades ouvrières, voyant la suite venir : bain de sang (les ouvriers n'étaient pas coupables, c'est certain), coup d'Etat et dictature autoritaire de Napoléon III. Nous, on a comme perspective possible : Le Pen, Trump, après le PIS en Pologne, Orban, Poutine, etc. et cela est désolant.
Le peuple brit a été entraîné dans un vote douteux par des élites crapuleuses ET nationalistes ; le référendum est bien l'arme des démagogues. Quand les gens de gauche l'entendront-ils à nouveau ?
Par Al Ceste

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Pas plus optimiste que vous...

le référendum est bien l'arme des démagogues.


Et quand on la retourne contre eux ils en trouvent une autre, plus efficace. " Non " en 2005, traité de Lisbonne en 2007.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10:19 le 24/06/2016 par Al Ceste.
Par Julot Iglésias

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Citation:
kawouede
Le peuple brit a été entraîné dans un vote douteux par des élites crapuleuses ET nationalistes

On croirait entendre Jean Quatremer. Je le cite :
Quarante ans d'eurobashing des médias et des politiques ont fait le jeu des nationalo-populistes

"National-populiste" ! Bigre ! Olivier Berruyer ajoute : "J’adore – pourquoi pas nazi tout court, ce serait plus simple…".

Y'a des gens, comme ça, qui sont "démocrates" quand "le peuple" partage leur opinion et qui se lamentent lorsque "le peuple" (manipulé par des démogogues nationalo-polulistes, bien entendu) ne fait pas où on lui dit de faire.
Par Al Ceste

Re: Brexit : s'il faut trouver un seul arrogant...

4mer : le mètre étalon de l'eurolâtrie, arrogant, moins aimable qu'une tarentule hépatique, déconnecté des réalités car atteint de bruxellose.

N'admettra jamais qu'on n'est pas contre l'Europe, mais contre l'Europe de junker et cie.
Par Rosalie

Re: Brexit : s'il faut trouver un seul arrogant...

Pour avoir suivi 4mer sur twitter, voici ce que j'ai compris de sa position: absolument POUR le Brexit et pour le faire payer très cher aux britanniques afin de décourager toutes les velléités ailleurs en Europe de sortir de l'UE ou de l'euro. Il avait d'ailleurs la même position sur la Grèce, favorable au Grexit, pour la même raison.
Par kusto

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Citation:
acceptaient de ne plus fabriquer une Europe toujours plus marchande, toujours plus dirigiste et moins-disante socialement.
Vous n'aimez pas une Europe toujours plus antilibérale et marchande? Oo
Par Al Ceste

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Quand je dis "Europe marchande" je dis : Europe qui ne pense qu'au fric pour les plus friqués.

Quand je dis Europe dirigiste je dis : Europe qui fait ch.er sur la taille des spaghettis.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11:07 le 24/06/2016 par Al Ceste.
Par Al Ceste

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Si quelqu’un peut trouver éditorialistes plus arrogants que le duo Arnaud Doublepatte et Jean Patachon... qu'il les garde.
Par Weird Fish

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Difficile de ne pas se réjouir en ressentant la panique de nos gouvernants et éditorialistes. On se prend à rêver d'effets domino et d'implosion de cette UE qui impose l'austérité partout, précarise toujours plus les classes défavorisées et sous-traite la gestion des réfugiés à la Turquie.
Mais on sait aussi que la plus grande force de ce système est sa résilience et sa capacité à faire payer très cher à ceux qui osent le remettre en cause, la Grèce en sait quelque chose.

On va pas non plus pleurer sur Cameron qui vient d'annoncer sa démission dans les trois mois qui viennent et qui paye là sa stratégie consistant à faire du charme aux nationalistes et à l'extrême droite pour se maintenir au pouvoir par tous les moyens. Il va malheureusement être remplacé par qqn d'au moins aussi libéral et les classes populaire qui ont largement voté pour le Brexit vont continuer à en baver. J'espère pour eux que Corbyn arrivera vite au pouvoir.
Par cg

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Et ce matin j'ai appris que France inter a viré Philippe Meyer, radio de merde avec la pub et un Naguy qui hurle comme un bonimenteur pour un salaire de misère... j'aimerai bien savoir à quel niveau il situe le bénévolat." La prochaine fois" je boycotterai "france galet".
Quant au refus des GB de rester dans l'Europe, ce n'est pas spécialement une mauvaise nouvelle, ça peut donner un coup de pied dans la fourmilière, un système qui n'agit plus en faveur des peuples.
On nous a fait le coup avec le non au traité, on nous a imposé le traité, peut-être feront-ils pareil avec le brexit ?
Par Adarr

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

sérieux ??
Ce qui m'étonne c'est que meurice soit encore là...
Par constant gardener

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Bien malin qui peut prédire de quoi les prochains mois seront faits.
Je prends les paris : dès demain (au plus tard), tous ceux qui prédisaient l'apocalypse économique viendront nous dire qu'au fond, rien ne changera.
Par Olivier

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

C'est le moment d'acheter sur les sites marchands britanniques. Un vrai signe que le Royaume Uni va s'effondrer :)
Par Al Ceste

Re: Brexit : s'il faut trouver un seul c.n...

Pas mal, la charge anti-vieux de Solère. Mais elle va bien faire rire les indéboulonnables vieillards de son parti. Rire parce qu'ils sont indéboulonnables.

Quant aux jeunes qui ont voté pour le Remain, on aura la délicatesse de ne pas chercher, parmi eux, lesquels sont plutôt des winners de la City que des chômistes des territoires délaissés qu'ont aussi les Britons, pas de jaloux.
Par Rosalie

Re: Brexit : s'il faut trouver un seul c.n...

Prétendre que si les plus âgés ont voté majoritairement Leave c'est qu'ils n'auront pas à en subir les conséquences me parait assez stupide. Bien au contraire les plus âgés votent le plus souvent (toujours ?) en pensant aux conséquences pour leurs enfants. Donc cette colonne sur l'espérance de vie est insultante et absurde.
Ensuite, il faudrait croiser ces résultats avec les taux d'abstention : les jeunes votent moins que les vieux donc les résultats ne reflètent pas les opinions des générations. Enfin et surtout il faudrait les croiser avec les catégories sociales : qui sont les jeunes qui ont voté Remain ? Ne sont-ils pas majoritairement issus des classes aisées ?
Bref cette opposition jeunes/vieux que les médias* adorent nous servir cache un autre clivage à mon avis beaucoup plus pertinent : les niveaux de revenus (aisés/pauvres). Ce sont ceux qui souffrent des politiques néolibérales, qui vont dire non aux gouvernants, à l'Europe, et qui seront des proies faciles pour les fabricants de boucs émissaires (étrangers ...)
* les médias mais aussi certains "experts" (comme Lenglet) et des politiques qui jouent les jeunes contre les vieux pour attaquer les droits sociaux.
Par Faab

Re: Brexit : s'il faut trouver un seul c.n...

Citation:
(...) les plus âgés votent le plus souvent (toujours ?) en pensant aux conséquences pour leurs enfants. (...)


Vous êtes sûre ?

Pour l'anecdote : à un retraité me disant que son assurance-vie était pour ses enfants, je faisais remarquer que vu l'espérance de vie, il se pourrait bien que ses enfants ne la touchent qu'une fois eux-mêmes à la retraite, et que peut-être auraient-ils plus besoin de ce capital à l'âge où ils élèvent les leurs.
Pour tout dire, il est né et a grandi pauvre, à peu près de la génération du baby boom, et même si il a eu tous les bénéfices des trente glorieuses, il garde les réflexes de ceux qui craignent pour l'avenir, et a du mal à dire que c'est juste du placement financier pour se sentir tranquille. Il a aussi les mêmes réflexions qu'on entendait dans une émission de la part de Filoche : aux jeunes qui disent qu'ils galèrent, il dit que lui aussi il a galéré et qu'il s'en est sorti (expression de pauvre, "s'en sortir"...), qu'il suffit de bosser, et il semble avoir du mal à saisir que les choses ont changé : passer des classes dites "populaires" aux classes moyennes concernait beaucoup de gens après-guerre, mais aujourd'hui, pas mal de jeunes partent déjà des classes moyennes et se demandent surtout si ils vont y rester ou descendre, si le choix est entre stagnation et régression, où est le progrès.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Brexit : s'il faut trouver un seul c.n...

Certes, toutefois il reste encore possible de bosser dur pour décrocher des diplômes prestigieux; l'ascenseur social fonctionne moins bien mais il fonctionne encore, Filoche n'a pas encore tout faux.
Par Faab

Re: Brexit : s'il faut trouver un seul c.n...

C'est possible, mais je crois que les mouvements du genre #onvautmieuxqueça ou une partie de Nuit Debout sont liés à une jeunesse diplômée venue de classes moyennes désormais dominantes qui se pose forcément d'autres questions que la génération qui visait à y accéder. Le haut et le bas sont relatifs, progresser en terme de revenus signifierait des ambitions inégalitaires, le "devenez milliardaires !" de Macron, et quand on n'est pas intéressé, soit on fait passer la question socio-économique sur le sujet de la qualité, ce qu'on fait à revenu égal, soit on pense régression.

Quelqu'un comme Usul (cf Youtubeurs contre loi travail) pourrait être assez caractéristique : un revenu moyen lui suffit, il n'a pas l'idée de passer aux classes dites "supérieures", avec une situation qui fait quand même des jaloux chez les smicards qui sont, eux, encore sur la question de la quantité.

En fait, avec de la chance, la génération issue de celle du baby boom pourrait s'avérer plus soucieuse de redistribution que la précédente qui pensait encore à "s'en sortir" et nous a fait ces 35-40 ans de croissance libérale. Elle a encore le lien aux pauvres par l'origine des parents, voit ce qu'est la vie de caissière ou de serveur au MacDo, l'exploitation de stagiaires et de CDD, les aléas de l'économie en indépendant etc., ne peut que constater que ni les diplômes, ni les efforts ne garantissent le confort, que "méritocratie" et "ascenseur social" n'ont rien d'évident. "Bosser pour s'en sortir" correspond sans doute à des périodes où il y a de la richesse à créer mais pas à celles où on est en surproduction avec pourtant une pauvreté augmentant, des inégalités se creusant, où le problème est essentiellement la redistribution.

Bon, je ne sais pas trop, les J.-J Goldman disant aux jeunes de se bouger avaient sans doute les meilleures intentions du monde mais, dans les faits, ils ont laissé la protection sociale aller vers le charity business, la puissance publique se réduire au profit du privé.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Brexit : s'il faut trouver un seul c.n...

analyse intéressante mais au sujet de ton dernier paragraphe, je me permets d'avancer un peu sur celle-ci en suggérant que la lame de fond pourrait se résumer ainsi : anglo-saxonisation du monde latin (peut-être un peu osé) ou anglo-saxonisation de la France (plus raisonnable)
Par Rosalie

Re: Brexit : s'il faut trouver un seul c.n...

@ Faab
" Citation:(...) les plus âgés votent le plus souvent (toujours ?) en pensant aux conséquences pour leurs enfants. (...)
Vous êtes sûre ? "

C'est plus vraisemblable en tous cas que "je vote pour le Brexit, ça sera la merde mais je m'en fous parce que je n'ai plus que 10 ans à vivre"
vous ne croyez pas ?

et voilà les chiffres : "Brexit : l'arnaque du vote des jeunes"

[www.les-crises.fr]

jeunes : 36 % de votants
+ de 65 ans : 83 %
ça fait pas un sacré biais ?

voir le graphique pondéré des taux d'abstention par âge , qui change tout !
et , vers la fin, le résultat par CSP : ouvriers et employés Remain 37 % , cadres : 57 %
Par Al Ceste

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Et Cameron qui annonce sa démission ! Cresson avaient bien raison de traiter les Anglais de tapettes !

Ah c'est pas en France que les (petits) princes qui nous gouvemmerdent feraient ça !

Z'ont des bollocks, eux !



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10:37 le 24/06/2016 par Al Ceste.
Par Jiemo

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Le tableau en bas d'article est des plus amusants , comme si après le brexit le RU ne pouvait y revenir ...
Pour ce qui est des conséquences ... wait and see , çà va prendre un certain temps !
Par Mona

Re: anglais langue officielle ...

Ils sortent de l'UE ?
Qu'ils sortent avec leur langue pauvre , fini l'english de bas étage , revenons à la logique des langues européennes dans les conseils d'administration , les pancartes , etc ...
Par Florence Arié

Re: anglais langue officielle ...

Langue pauvre???
Par Mona

Re: anglais langue officielle ...

Vous savez très bien que je qualifie de pauvre l'anglais utilisé à tout-va et non la langue de Shakespeare .
Par alain-b

Re: anglais langue officielle ...

accroche-toi aux branches
Par LaClaire

Re: anglais langue officielle ...

Pourquoi langue pauvre ? L'anglais possède plus de mots que le français et l'allemand, me semble-t-il.
Par act

Re: anglais langue officielle ...

L'anglais langue pauvre? Peut être pas. Mais cette langue est utilisée dans le monde comme un sabir qui fait les délices et l'étendard d'une élite mondialisée et marchande.
Par Nikko

Re: anglais langue officielle ...

Ce qui aurait été la même chose pour n'importe quelle autre langue parlée mondialement, de l'esperanto au latin.
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: anglais langue officielle ...

Déprogrammons Shakespeare !
Par Mona

Re: anglais langue officielle ...

Lire ma réponse à Florence Arié .
Par zzxyz

Re: anglais langue officielle ...

Plus de mots que le français à cause des très nombreux doublons, comme "liberty" et "freedom", par exemple.
Sinon, le français est plus riche.
Par Cugel

Re: anglais langue officielle ...

Comme si en français nous n'avions pas aussi des synonymes.
De plus votre exemple de doublon n'est pas le mieux trouvé, "liberty" étant dénombrable et "freedom" indénombrable dans la grande majorité des cas, ça fait déjà une différence dans leurs possibles utilisations.

--
Par LaClaire

Re: anglais langue officielle ...

Hmmm ... doublons ou nuances plus fines qu'en Français ?
Par Faab

Re:

Mention spéciale pour Marion Van Renterghem et son sens de la mesure : "catastrophe majeure aux conséquences infinies".
British black metal aaaarrgghh !!!!

Et un peu de russomania, premier tweet cité par cet article de RT : Marine Le Pen...
Russian turbo polka metal, rock&roll today
Par Michel Giacomazzi

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Assez savoureux le tweet de Solere : « Tout est dit... ». Si le vote majoritaire en fonction de la tranche d'âge lui suffit pour analyser la situation ... disons que ses capacités d'analyse sont plutôt réduites.

Bel exemple qui montre qu'à partir de chiffres, même s'ils sont justes, on tire une conclusion très tendancieuse.
Le commentaire en bas à droite semble être la lumineuse révélation de ce tableau « Ceux qui vont devoir vivre le plus longtemps avec le résultat de ce vote veulent rester [dans l'UE] ».
... ce qui peut s'appliquer à n'importe quel vote sur n'importe quel sujet.

Autres commentaires possibles (et aussi stupides) à partir du même tableau : « Ceux qui ont peu d'expérience veulent rester dans l'UE », « Ceux qui n'ont pas connu la Grande-Bretagne hors UE ont peur d'en sortir »



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10:41 le 24/06/2016 par Michel Giacomazzi.
Par HBK

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

J'ai très envie (mais pas le temps) de modifier ce tableau et de remplacer le "average number of years they have to live with the decision" par un "average number of years they were fucked up by the EU".

Je laisse aux anglophobes le soin de traduire d'eux-même.

Et ce serait au moins aussi explicite, voire peut-être même beaucoup plus juste en termes d'explication, je pense.
Par MARTIbis

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Ce tableau serait plus honnête avec le taux d'abstention: les jeunes se sont beaucoup plus abstenus.
Par adverbe

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

ASI, vous devriez analyser le "Soir 3" de la veille :

- Journaliste pro "IN"
- Décrédibilisation de l'invité pro brexit en tentant le raccourci UE = Erasmus
- Instrumentalisation de la mort de Jo Cox (il a fallu que ce soit l'invité pro IN qui recadre la journaliste...)
- Ils prétendent que UKIP serait xénophobe (alors qu'ils ne serrent pas la main à Le Pen)
- Argument sur comme quoi les anglais n'ont jamais été envahis par les nazis et d'une manière générale, toujours ramener l'UE a la seconde guerre mondiale : le Brexit n'irait pas dans le sens de la paix...
- "Scénario Fiction" catastrophiste, sans jamais prendre en compte les arguments des pro brexit


Et ce matin, les rédactions continuent de piétiner une décision populaire. Points de vue toujours catastrophistes, "irresponsabilité" de Cameron d'avoir osé questionner le peuple, etc...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10:41 le 24/06/2016 par adverbe.
Par kusto

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Citation:
montrent bien leur décrochage par rapport à l'opinion populaire. Comme lors de leur adhésion à Balladur en 95, au "Oui" au référendum français de 2005, et en quelques autres occasions, ils sont ailleurs.
Il faut quand même pas mal de culot pour parler d' «opinion populaire» sur des résultats à 50% plus quelques patates. Ce genre de résultats sont de toute façon par nature imprévisibles et reflètent bien plus une indécision populaire qu'une opinion populaire.

Après pour l'Europe, elle perd un acteur de poids, mais le plus ultra-libéral. Car s'il y avait un acteur qui ne voulait que l'Europe ne soit qu'un grand libre marché sans aucune contraintes c'est bien eux.
Par DonGiedo

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

L'Europe ne perd rien. L'Europe reste l'Europe. C'est l'UE qui perd un membre, pas l'Europe. L'Europe est un continent qui ne change qu'au gré de la dérive des continents.
Par kusto

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

L'Europe est un continent plus «politique» que géographique. Ses délimitations ne sont pas faites au gré de la dérive des continents mais au grés des accords politiques.
Par isaton

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Donc, toute la journée et les jours qui viennent ce sera : Les vieux qui emmerdent les jeunes...
Par isaton

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Lisant les posts à la chronique sur Rue89, l’un d’eux a trouvé la réponse au partage des génération : « C’est le rôle des papounets et mamougnettes de prendre soin des petiots. »
Ça c’est vrai ça ! (Mère Denis)....
Par DétecteurdeVérité

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Un jour désastreux
La victoire de la bêtise et des terrassés de peur sur le bon sens
Bien sûr on peut les excuser ces anciens mineurs du Pays de Galles d'avoir voté à 52,5% pour sortir. On peut leur trouver des excuses, des circonstances atténuantes, on peut dire qu'ils ne sont pas de la classe qui profite malgré le fait qu'il y ait eu plus de 60% qui ont voté pour rester dans des villes comme Cardiff.
Alors plus on va dans les terres, plus les gens profitent des investissements routiers et autres que l'Europe leur apporte, plus ils ont voté contrairement à leur intérêt, tout cela parce que des imbéciles comme ce Nigel F.. ont fait raisonner en eux la voix de la déraison et tout cela parce que les médias autres porte voix de la stupidité ont préféré attiser les flammes, et tout cela parce qu'aucun politique n'a eu le courage de mettre les gens en face de leur responsabilité, de peur de hérisser leurs électeurs dans le sens contraire du poil.

Aujourd'hui, on peut donner le score (la démission de Cameron n'étant en rien un élément de soulagement) à l'Euro du foutre en l'air l'EU/UE, les loups ont gagné : que ce soit le tsar Poutine, le clown Donald Trump ou même de façon totalement marginale la fille du borgne qui ne sait pas vraiment de quoi il en retourne.

Nous avons vécu 70 ans de construction pénible d'un rêve qui est devenu réalité vécue par tous : nos bébés qui profitent de maternités subventionnées par l'Union, nos enfants qui étudient à Berlin ou à Séville, nos adolescents qui partent en apprentissage aux quatre coins du continent, nos salariés qui sont en contact journalier avec leurs collègues des autres usines/bureaux européennes, nos vacanciers qui cherchent chez leurs cousins de quoi améliorer leur quotidien quand ils reviennent dans leurs brumes, nos vieux qui vont sécher leurs vieux rhumatismes en Dordogne, Algarve ou Andalousie.

On a beau se dire que cela leur servira de leçon, on a beau se dire que quand ils affronteront les paquets de mer, ils verront bien que l'idée d'Europe était à développer et améliorer et que l'enfermement à Trifouillis les Oies ne règlera jamais rien, et signifie plutôt la décadence totale.
On a beau se le dire, mais ce qui nous serre les tripes, c'est de savoir que nos enfants risquent de perdre ce rêve qui était devenu réalité, tout cela à cause de l'ignorance, la facilité et la fainéantise de tous ceux qui préfère s'embarquer avec les loups plutôt que de consolider ce qui existe déjà.

Ce jour terrible est pareil à celui du retour de Chamberlain et Daladier, sauf que l'on ne peut même pas espérer que l'Histoire soit plus clémente ensuite

Awfully sorry
Par Roger

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Consensus39 ?
Par Julot Iglésias

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Je crains que non ...
Par DonGiedo

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Hehe, c'est vrai que ça pourrait, mais le style est un peu moins bon.

Les brexiteurs sont des cons qui ont votés contre leur intérêts car il n'y a point de salut hors de l'UE. J'arrive à le faire en une phrase, ça gâche moins de papier.
Par Robert.

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

"Consensus39 ?"
Non, Serge July (version 2005) ?
Par Julot Iglésias

Au secours ! Le mortels granulés reviennent !

Citation:
Un jour désastreux !

Et c'est "DétecteurdeVérité" qui nous le dit ! Donc c'est vrai !
Chamberlain et Daladier sont de retour ! Et bientôt Hitler probablement, avec son rucksack bourré de boîtes de Zyklon B.
AAaaaargh !Je suis tétanisé par la trouille ! Je suffoque !
Par Roger

Re: Au secours ! Le mortels granulés reviennent !

On me dit que les premiers cas de grippe espagnole on été détectés dans le Yorkshire.
Par Dogu

Re: Au secours ! Le mortels granulés reviennent !

Ben serieusement, avec le UK qui prend le large d'une Europe totalement dominee par l'Allemagne en froid avec la Russie, je trouve que la carte du continent commence a ressembler a celle de 1942. Bien sur l'Allemagne d'aujourd'hui n'extermine pas ses minorite et est une vraie democratie. Mais en terme de rapports de force inter-etatiques, on y est presque.

Avec Hollande et Valls dans les roles de Petain et Laval.
Par Dogu

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

On ne vit pas dans le meme monde.

Moi, les maternites, je les vois fermer pour cause de respect de la regle des 3%.
Les salaries des usines, voient leurs usines fermer et leurs machines partir en Bulgarie.
Et les vieux prolos, dont les retraites s'effondrent, et ben ils crevent chez eux.

C'est tout le probleme de cette UE : elle a separe sa populations en deux classes et la classe dominante ne voit meme plus les domines. Ils ont disparu du radar.

La classe dominante, elle ne voit que les vacances en Espagne et les meetings en visioconference avec leurs collegues privilegies d'Allemagne ou d'Angleterre.

Elle ne voit pas les jobs a 1€, les reduction de salaire, les delocalisations, l'immobilier inaccessible, l'eloignement de l'age de la retraite, le cout de plus en plus eleve pour elever des gosses, financer leurs etudes.
Par Al Ceste

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Voté !

Sur un autre forum, un bourrin de conséquence reproche ce Brexit aux paysans.

(Paysan, pour lui,c'est tout ce qui ne vit pas à Paris)
Par Faab

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Moi, je comprends toujours pas pourquoi on renvoie la responsabilité à l'U.E. pour des politiques voulues et menées par nos gouvernements...
Par kusto

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Ahhhh merci.

L'UE-bashing semble être devenu une mode incontournable et à bas coût. Mais c'est principalement un leurre. L'UE a bon dos et est bien pratique comme responsable de tous les maux. L'UE est loin (très loin) d'être parfaite et il y a beaucoup à en redire, mais imaginer qu'une sortie de l'UE fera reculer l'emprise de l'économie sur le politique est complètement absurde.

L'impuissance des politiques est malheureusement devenue de plus en plus une réalité, mais croire que c'est dû à Bruxelles est tout de même très naïf.

Quant à ceux qui voient dans le Brexit une victoire contre le libéralisme, lorsque le pays le plus ultra-libéral, ayant imposé à l'Europe une bonne part de cette politique, quitte l'UE pas assez libérale à son goût, je ne sais si je dois rire ou pleurer.
Par Dogu

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Vous parlez de l'Allemagne ? Aux dernieres nouvelles, elle est encore dans l'UE.
Par Al1

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

L'UE a été créée sur des bases capitalistes.
Quand on est de ceux qui pensent qu'il est possible de changer de cap, on sait que pour ça il faut sortir de l'UE.

Aucun "bashing" dans cette logique, c'est juste du bon sens.

Quant à l'impuissance des politiques, on ne la doit qu'aux politiques.
Cette "impuissance", il se la sont fabriquée.
Par Faab

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Ce serait du bon sens si sortir de l'U.E. ne signifiait pas se mettre encore plus à la merci de marchés dérégulés comme le veulent les britanniques. Il y a quoi hors de l'U.E., un monde anti-capitaliste ?
Par OuvreBoîte

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Citation:
L'UE a été créée sur des bases capitalistes.

L'état français aussi.
Et si on fait un référendum pour voir si le corps électoral français veut sortir de la France ?
Par kusto

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

En fait toutes les démocraties modernes européennes sont née de la chute de l'aristocratie et de l'avènement du capital… et marque la fin des privilège et le début du libéralisme.

Citation:
Quant à l'impuissance des politiques, on ne la doit qu'aux politiques.
Cette "impuissance", il se la sont fabriquée.
en partie certainement, mais pourquoi l'imputer à l'UE?
Par grrrz

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

pourtant c'est pas compliqué, sortir de l'EU n'est en aucun cas une garantie que les choses "iront mieux", mais y rester c'est par contre une garantie que rien ne bougera.
Par kusto

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Pourtant c'est pas compliqué, fusionner la France et le Sri Lanka n'est en aucun cas une garantie que les choses "iront mieux", mais ne pas le faire c'est par contre une garantie que rien ne bougera.

Pas mal hein? ça marche avec à peu près tout, c'est l'argument massue façon Valls & co: On ne sait pas si c'est utile, mais au moins on fait quelque chose. Lorsque les choix politiques se résument à brasser de l'air en espérant que ça soit utile à quelque chose, c'est que nous sommes tombés bien bas.
Par Dogu

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Parce que les politiques nationales sont CONTRAINTES par des regles budgetaires communautaires drastiques.

Vous avez oublie ce qui s'est passe en Grece l'an dernier ?
Par Cugel

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Et l'UE et ses règles drastiques c'est quoi... de l'archébiose ?

--
Par Robert.

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Par exemple, quelle est (étant donné le principe de subsidiarité) la responsabilité de l'UE dans notre politique d'éducation nationale ?
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Pour un libéral, le pauvre idéal naît à quatorze ans ( pas de frais d'éducation) et crève à soixante-cinq ( pas de frais de vieillesse). L'UE étant radicalement libérale, et le libéralisme se limitant aux philosophes Smith, Bentham, Stuart-Mill, Onfray, BHL, Ferry, je doute ( mais c'est un doute gourmand) que l'UE soit fascinée par la culture.
Par Rahan33

DEMAIN LE FREXIT ?

FAAB DIT / " Moi, je comprends toujours pas pourquoi on renvoie la responsabilité à l'U.E. pour des politiques voulues et menées par nos gouvernements... "

Parce que les gouvernants élus ne produisent plus de politiques nationales. Ils ne font qu'appliquer les directives qui sont à appliquer du fait que des Traités ont été signés. Vous croyez que les Traités signés par J.Chirac, N.Sarkozy ou F.Hollande ne sont que des gommettes colorées ?


Les Traités engagent et nos gouvernants ne font qu'appliquer les articles de lois qui sont dans les Traités européens. C'est automatique. Nous ne décidons plus d'aucune politique, ne le saviez-vous pas ?

Depuis le Traité de Lisbonne et de bien d'autres Traités européens, la commission a directement le nez dans nos affaires, elle peut même sanctionner notre gouvernement s'il n'obtempère pas et s'il ne suit pas les politiques suivies et voulues à l'échelle de l'Union Européenne et décidée par la Commission. Un organisme non élu par aucun peuple européen ! Le seul organisme qui peut proposer des lois ! Le parlement croupion ne peut que les entériner ou les refuser mais elles repassent toujours sous une autre forme...

Visiblement, vous ne savez pas grand chose de l'Union Européenne...comment le système fonctionne.

La Loi EL Khomri qui met à bas 200 ans d'histoire sociale française n'est que l'application d'une décision politique de la Commission européenne. Hollande est d'accord avec cette politique économique de l'ultra-droite continentale et il n'a aucun mal à l'appliquer mais il est en butte à un gros os :

Son électorat qui s'est fait couillonné par le "PS" et les 27 millions de salariés qui refusent de revenir au XIX ° siècle ou avant au Moyen-âge ! Cela ne va pas passer comme il l'entend. On le comprend aisément, n'est-ce pas ?



Modifié 1 fois. Dernière modification le 05:00 le 26/06/2016 par Rahan33.
Par Faab

Re: DEMAIN LE FREXIT ?

Ben non...
La Commission est constituée des membres nommés par les gouvernements et exécutant les décisions du Parlement et du Conseil de l'Union, c'est-à-dire de la négociation intergouvernementale au niveau ministériel. Elle ne fait rien qui ne dépende d'accords entre gouvernements.
Ce sont des traités, des accords volontaires, personne n'oblige un gouvernement français à dire oui à telle ou telle mesure proposée en Commission.
Une fois les textes adoptés au niveau européen, leur adoption et exécution demande encore que le niveau national veuille bien le faire, les ratifications peuvent être bloquées, les directives enterrées. Dire que la Commission est non élue, c'est comme dire que l'ONU est non élue, comme si les ambassadeurs ou les commissaires européens n'étaient pas de simple exécutant de leurs exécutifs respectifs.
Si le législatif français s'est lui-même mis des contraintes de conformité aux accords de l'U.E., c'est surtout une manière de se défausser de sa responsabilité. Et ça marche, ils peuvent dire régulièrement "c'est pas nous, c'est l'Europe", et au lieu de critiquer leur politique à eux, on critique celle de l'étranger (c'est pratique, l'étranger).

Le Brexit est la preuve en acte que les Etats font ce qu'ils veulent, qu'il n'y a pas de moyens concrets, réels, de l'empêcher, que ce ne sont que des contraintes assumées pour un projet de convergence économique, comme accepter de jouer au ballon sans les mains (on appelle ça "football").
C'est bien parce que nos gouvernements veulent faire du néolibéralisme qu'ils en font, et même sans l'U.E., ils en feraient.
Si c'est Boris Johnson le nouveau premier ministre britannique, vous croyez qu'il va soudainement devenir Travailliste ou UKIP ?

D'ailleurs, Sarkozy n'avait-il pas été élu pour ça ? Travailler plus pour gagner plus, commission Attali pour la libération de la croissance française (avec Macron en rapporteur...) et une proposition de ministère faite à Valls en début de mandat, faut croire que ça plaisait à une partie non négligeable de la France.

P.S. je dirais même plus : comment le FN peut se dire contre l'UE et voter en faveur de la directive sur le secret des affaires ? Pourquoi n'ont-ils pas pour principe de voter contre tout ce qui est proposé ? Ils feraient quoi au gouvernement, des accords bilatéraux entre Etats qui reviendraient au même ?



Modifié 2 fois. Dernière modification le 09:10 le 26/06/2016 par Faab.
Par kusto

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Citation:
La classe dominante, elle ne voit que les vacances en Espagne et les meetings en visioconference avec leurs collegues privilegies d'Allemagne ou d'Angleterre.

Elle ne voit pas les jobs a 1€, les reduction de salaire, les delocalisations, l'immobilier inaccessible, l'eloignement de l'age de la retraite, le cout de plus en plus eleve pour elever des gosses, financer leurs etudes.
Peut-être que le royaume-uni a récupéré un peu de son «autonomie», mais le Brexit va leur coûter cher, très cher. Et qui croyez-vous va payer l'addition? Les entreprises et les nantis? Sérieusement?



Modifié 1 fois. Dernière modification le 14:46 le 24/06/2016 par kusto.
Par Dogu

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Je n'ai pas dit ca. Mais je vous trouve bien sur de vous quand vous affirmez que ca va leur couter cher. Vous avez une boule de cristal ?

Votre propos est peut etre le meme qu'aurait pu lancer le capitaine du Titanic a un passager qui aurait file a l'anglaise avec un bateau de sauvetage juste avant le naufrage : "vous etes fou mon ami ! Vous etes bien plus en securite sur le navire"



Modifié 1 fois. Dernière modification le 15:04 le 24/06/2016 par Dogu.
Par OuvreBoîte

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Une part non complètement négligeable de la relative prospérité britannique étant assise sur sa fameuse place financière, on peut envisager qu'une évolution des réglementations dans un sens défavorable à ses intérêts finissent par leur coûter.
Evolutions systématiquement bloquées par le Royaume-Uni dans sa position actuelle de membre de l'UE.
Il y a également la possible sécession de l'Ecosse, qui se sent pas pas hyper raccord avec les courants politiques dominants en Angleterre/Pays de Galles.
Tout cela n'est que potentiel, on peut très bien imaginer que les dirigeants européens continuent à plier comme des cons à tous les demandes de la City. Mais cela revêt un caractère moins certain qu'hier.
Par kusto

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Citation:
Tout cela n'est que potentiel, on peut très bien imaginer que les dirigeants européens continuent à plier comme des cons à tous les demandes de la City. Mais cela revêt un caractère moins certain qu'hier.
C'est sûr que «cédez ou on se barre» sera moins efficace comme levier de pression. D'autant que l'UE ne souhaite pas qu'un «sortant» parte avec des deals en or. Le royaume-uni vient de passer de pays qui impose ses conditions à Bruxelles à la position de celui qui doit trouver un moyen de pression pour tenter de négocier un deal pas trop désavantageux. En perdant son veto et son droit de vote.

Et puis bon, de toute façon il continueront de verser de l'argent à l'UE, à l'instar de la Suisse et de la Norvège. Par ailleurs la Suisse serre les fesses aussi, devant renégocier avec l'UE, il se pourraient bien qu'ils doivent négocier face à une UE moins arrangeante pour les outsiders.
Par DonGiedo

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Ça me fait bien rire cette rengaine reprise depuis des semaines par tous les éditocrates européistes: "un Brexit coûterait très cher ! ". Ou la version sans conditionnel depuis ce matin "le Brexit va coûter cher".

On ne sait pas à qui exactement ça va coûter quoi et pour payer quoi, mais ça va coûter cher. Et ça sera bien fait pour eux, na !
Par Mona

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Ce jour terrible est pareil à celui du retour de Chamberlain et Daladier, sauf que l'on ne peut même pas espérer que l'Histoire soit plus clémente ensuite

Mais si , l'Histoire saura en faire une chose clémente grâce aux humains qui peuplent cette Europe et qui vont se débarrasser sans violence des robots qui font vivre un système imbécile et violent où le fric est dieu .
Par clive

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

On est content pour vous qui vivez ce monde tellement prospère et généreux, vraiment, on aimerait être à votre place...
Par AF30

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

J'aime bien le pseudo tout en finesse et en modestie comme l'analyse du vote britannique qui suit : l'un valide l'autre et inversement
Par DétecteurdeVérité

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Le mot d'ordre en effet est de verser la responsabilité de nos problèmes à Bruxelles ou Strasbourg, d'excuser l'incapacité de nos députés européens en accusant les Allemands. Est-ce la faute des Allemands si nous avons au Parlement Européen une bande de branquignols pour nous représenter ? Est-ce la faute des Allemands si notre gouvernement lèche les bottes des multinationales comme les autres gouvernements Européens et est incapable comme les autres gouvernements Européens sous couvert de "l'UE" de leur résister?

Aujourd'hui, les fainéants dont le GPS ne dépasse pas les limites de leur cambrousse sont incapables d'inventer autre chose qu'une reconduction de ces états fabriqués au XIXème siècle et qui d'ailleurs ne résistent pas à l'érosion du temps. Le Royaume Uni rêve de son Empire depuis Thatcher comme s'il suffisait de faire des milliers de km de films à la mode Victoriana pour rendre réel un monde disparu. Et les Français qui n'osent affronter leur Histoire récente de peur d'effriter leur belle histoire coloniale, etc.. Et il n'y a pas qu'en Europe, il suffit de regarder à Moscou pour se croire revenu au bon vieux temps des moujiks.

Oui, l'Union Européenne est bancale et pêche par des tares inhérentes à toute institution comparable à une association de charité dont les membres seraient des avares et des pingres. Oui l'Union Européenne échappe à certaines règles de démocratie, mais pourquoi lui reproche-t-on cela alors qu'on excuse des incartades mille fois plus importantes chez nous comme ce magnifique 49-3!!! Comment se fait-il qu'en 2016, il n'existe pas encore de parti Européen alors qu'on voit bien les partis nationaux arrivés à bout de souffle et incapables d'autres choses que de singer la bêtise au lieu de cultiver ce qu'il y a de plus noble.

La majorité des commentateurs ici n'ont jamais mis les pieds en Grande Bretagne. Ils n'ont pas connu l'ère Thatcher, ils ne savent pas ce que la Grande Bretagne d'aujourd'hui doit à cet héritage comme les friches des Midlands. L'Europe n'y est pour rien, au contraire son action a souvent été bénéfique.

Bien entendu, les Boris Johnson et autres vont créer de toute pièce un mirage dans les mois à venir, celui d'un Royaume Uni ressuscité, vainqueur de l'administration européenne, obligeant mille concessions. Faites leur confiance pour la com, ils sont bien meilleurs que sur le Continent. Ils sont assurés d'avoir le trémolo nationaliste des médias avec eux. Et ici, au contraire, les médias avides de suivre les états d'âme moroses et défaitistes ne vont pas faire autre chose que de faire dans la démolition.

En 2017, le tram de Strasbourg va avoir une nouvelle ligne qui va faire de Kehl ville allemande une partie intégrante de la capitale Européenne? Nous sommes une Eurométropole. Un retour en arrière aura pour effet ce qui va arriver en Écosse.

Mais il est vrai que cela ne veut rien dire du côté de Rhondda Cynon Taf en Pays de Galles ou de Bazoches les Gallerandes
Par Monsieur X

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Citation:
La victoire de la bêtise et des terrassés de peur sur le bon sens


Nul doute qu'avec des formulations de ce tonneau les terrassés en question vont instantanément comprendre leur erreur.

Sérieusement, il faut vraiment qu'on arrive tous à débattre sans faire du jugement que l'on a des interlocuteurs un argument dans la discussion.
Par Al Ceste

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Sérieusement, il faut vraiment qu'on arrive tous à débattre sans faire du jugement que l'on a des interlocuteurs un argument dans la discussion.

Bravo !

Bon, moi je vais aller voir mes nouveaux voisins anglais pour le dire que s'ils veulent repartir, je me couche devant leur Land Rover.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 17:58 le 24/06/2016 par Al Ceste.
Par JIEM 92

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Bonjour
Décrédibilisation sur toute la ligne de la médiocratie. Pour eux le vote des anglais n'a pas eu lieu puisque le résultat ne leur convient pas.

Autre exemple: la mise en scène de la dégradation du local CFDT histoire de lier les manifestants anti loi travail à des voyous puisque les casseurs ont disparu de la scène immédiate de la manifestation. Et s'ils n'avaient pas trouver cette dégradation, gageons qu'ils auraient trouvé un chien écrasé par la voiture d'un manifestant histoire de rappeler qu'à leurs yeux les anti loi sont des gens vraiment pas fréquentables.
Et l'autre manolo qui emboite le pas histoire de mettre de l'huile sur le feu.
Ces gens n'ont plus aucune crédibilité. Dehors.

post-scriptum (pour ne pas écrire PS): à voir sur LCP l'incident entre Caresch et Chassaigne ICI Les arguments de Caresch de comparer la situation sur le vote de l'abolition de la peine de mort à celui de la loi travail est une honte, et tout ce qui suit ne vaut pas mieux.
Par grrrz

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Si on veut parler du saccage d'un syndicat parlons de celui du local CNT Lille par des flics, qui ont ensuite accusé les gens de les avoir attaqué (ils risquent donc en plus de la taule)
[mars-infos.org]
Par Youri Llygotme

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Le pauvre Caresch, il boude mais...il a au moins la bonne réaction: IL SE CASSE
Si ses maîtres à penser pouvaient le prendre en exemple au lieu de s'accrocher au pouvoir comme une moule à son rocher et à monter sur leur (petits) ergots, comme Valls ou de se ridiculiser à l'occasion des matches de foot de l' EdFrance comme Hollande en lançant vers un ciel bien trop haut pour lui ses (courts) bras entourant sa face épanouie.
Par grrrz

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

(note à moi meme, ne jamais commencer sa lecture du matin par Arrêt sur Images, DS assume qu'on a déja lu tous les journaux du pays et ne mentionne pas noir sur blanc dans son papier l'info centrale, à savoir le vote pour la sortie de l'europe de la GB. C'est pas la première fois qu'il nous fait le coup, la dernière fois c'était pour les attentats en belgique.)
Par Pierre38330

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

All the world is a stage.

Pas sûr de l'exactitude, c'est de mémoire.

Et pendant ce temps, les spéculateurs comptent leurs plus-values.
Par Florence Arié

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

... And all the men and women merely players;
They have their exits and their entrances
...
Par Pierre38330

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

I was sure you would...
Par GPMarcel

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Vous dire que je m'en fiche, n'est pas peu dire.
Philippe Meyer est évincé.
Du texte à réfléchir? Vous ne pensez pas?
La livre s'écroule.
On dit le livre, là où il y a plein de mots qui veulent dire.
On écoutera 24h/24 de la musique en langue anglaise.
J'écouterai FIP s'il continue.
Qu'est ce qui va changer?
Rien.
La "connerie" est à l'oeuvre depuis bien longtemps et nombreux sont ceux qui vont débattre, argumenter, peser les incidences sur les marchés.
Le mien de marché de légumes, au canton, ne bougera pas.
Le vin de noix non plus.
Mes vinyles de Brassens et Bobby Lapointe vont chauffer la platine.
Des degrés supplémentaires.
Zut, l'effet de serre!!

Bon week-end en attendant le résultat du référendum de Notre Dame des Landes...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11:40 le 24/06/2016 par GPMarcel.
Par Al Ceste

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Le trop gentil François Morel lui a rendu un hommage appuyé ce matin. En évitant soigneusement de rappeler pourquoi Gallet vire une émission qui marchait. Ni même de l'évoquer. On l'a connu plus corrosif !

De la servitude volontaire...

Mon hommage est ici :

[misentrop2.canalblog.com]
Par Tony A

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

L'oligarchie européisme s'est assise sur les référendums Français et Hollandais de 2005, elle s'est assise sur le référendum grec de l'an passé et leur a rentré leur "non" dans la gueule à grands coups de pompes, elle a glissé sous le tapis le récent référendum hollandais sur l'Ukraine...

Gageons que va s'ouvrir une période de coups tordus.

Et au cas où l'UE partirait en quenouille, il leur restera toujours le plan L (comme Lampedusa G.T.) : "Il faut que tout change afin que rien ne change"
Par o0sylvain0o

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Je le sens venir aussi. Ils trouveront bien un moyen de s'assoir sur le résultat de ce référendum, peut-être que la démission de Cameron en est le prélude, qu'il sera remplacé par quelqu'un qui jugera ne pas être impliqué dans le référendum du précédent gouvernement ou un truc du genre.Enfin let's see...
Par Winston Smith : misanthrope

Re:

ce n'est ni une bonne nouvelle, ni une mauvaise nouvelle, c'est juste une nouvelle. Bon, mauvais, ça n'existe pas.
Par Winston Smith : misanthrope

Re:

y a plein de pognon à se faire !

Le dépouillement du référendum britannique qui donne la victoire du Brexit en Grande-Bretagne fait plonger les indices de la zone Asie-Pacifique ce vendredi... La bourse de Tokyo chute de 7,8%, Hong Kong perd 4,7%, Singapour -2,2%, Seoul dévisse de 3,5%, Jakarta abandonne 2,3%, Bombay glisse de 3,6%, Shanghai limite la casse à -1,3%, mais Sydney plonge 3,3%.
[www.boursier.com]
Par clive

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Vazy l'UE fais-nous rêver!
Allez, Junker "paradis fiscal", Draghi "Goldmans Sachs", Tusk "really?", Schauble "Dr Stangelove", Mosco, VanRompoy, Davignon et toute la clique
Un vrai bonheur porteur d'espérance pour le futur de nos enfants blancs diplomés des grandes écoles...

La commission européenne source Wikipédia:

"Le processus de décision suit deux méthodes en vigueur dans l'Union européenne : dans la méthode communautaire, qui s'applique aux ex premier et deuxième piliers, la Commission européenne a le monopole du droit d'initiative ; elle se trouve en amont de la procédure de codécision ; dans la méthode intergouvernementale, qui s'applique à l'ex troisième pilier, la Commission partage le droit d'initiative avec les États membres."

Toujours wikipedia:

"la Commission européenne possède cette originalité de représenter « l'intérêt général » tout en n’étant pas issue du Parlement européen, élu, lui, au suffrage universel. Les groupes d'intérêt, qui représentent des intérêts catégoriels publics ou privés, jouent un rôle important dans le processus de décision."


Ouaich la commission qui "possède" ce genre d' "originalité"...

Des envies de se tirer de là...

(J'ai même pas évoqué l'euro...)

Et tant pis pour erasmus
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

bien que le parlement soit élu il ne fonctionne pas mieux que la commission, comme tout ça est vachement long à expliquer j'ai fait une page web exprès :)

[pythacli.chez-alice.fr]
Par clive

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Et cher @daniel qui écrivez:

"La seule certitude, s'il faut en trouver une, est qu'il faudra, encore davantage que d'habitude, se méfier des medias traditionnels"

1/ ce n'est pas la seule certitude

2/ on se méfie aussi des médias non-traditionnels...
Par clive

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Une autre carte à "méditer:

[www.huffingtonpost.co.uk]
Par PONTEUXIN

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Je me suis laissé dire que le parlement européen votait toujours ce que disait la commission. D.Schneiderman pourrait-il nous éclairer là-dessus?
Par Mona

Re: ben zut

Mééééé !!! la reine va pas être contente . En tant qu'agricultrice , elle ne va plus toucher les aides européennes pour son labeur :1 400 000 euros (environ , on n'est plus à 1000 euros près ) par an .
Par Rahan33

REINE D'ANGLETERRE ! REINE MILLIARDAIRE

LA REINE D'ANGLETERRE NE VA PLUS TOUCHER LE PRIX DE LA SUEUR DES POPULATIONS EUROPEENNES ?

ENFIN UNE BONNE NOUVELLE !

1 400 000 euros qui restera dans le budget européen - Tant mieux ! Cet argent va pouvoir aider le peuple Grec, le peuple grec ruiné par l' Allemagne et l' U.E - Il permettra peut-être aussi d'aider le gouvernement grec qui aide comme il peut, les réfugiés de guerre Syriens !

Une guerre déclenchée par les USA, l'Arabie Saoudite, l'Angleterre et la France.

( Je rigole car je sais bien que ce sont les voyous bureaucrates qui vont se partager le magot de la reine d'Angleterre ! )
Par Winston Smith : misanthrope

Re: REINE D'ANGLETERRE ! REINE MILLIARDAIRE

Citation:
1 400 000 euros qui restera dans le budget européen - Tant mieux ! Cet argent va pouvoir aider le peuple Grec, le peuple grec ruiné par l' Allemagne et l' U.E
( Je rigole car je sais bien que ce sont les voyous bureaucrates qui vont se partager le magot de la reine d'Angleterre ! )


ouf ! j'ai cru un moment que tu y croyais vraiment :)
Par Neity

Re: REINE D'ANGLETERRE ! REINE MILLIARDAIRE

Il n'y aura pas de magot à proprement parler, car il faut penser que le Royaume-Uni ne contribuera plus au budget européen. Donc ça va faire un trou dans le budget. :)
Reste à voir si la différence entre la contribution et les subventions étaient à la faveur du RU ou de l'UE.
Par OuvreBoîte

Re: REINE D'ANGLETERRE ! REINE MILLIARDAIRE

Citation:
Il n'y aura pas de magot à proprement parler, car il faut penser que le Royaume-Uni ne contribuera plus au budget européen. Donc ça va faire un trou dans le budget. :)
Reste à voir si la différence entre la contribution et les subventions étaient à la faveur du RU ou de l'UE.


La différence entre les aides + le fameux rabais et la contribution UK est d'environ £7 milliards / an, sur lesquels on va donc probablement collectivement s’asseoir une fois la sortie effective. (Pour plus de précisions, voir [www.lemonde.fr] )
Ce qui est plus difficile à évaluer c'est les coûts indirects de la présence de la Grande Bretagne dans l'UE et la manière dont ceux-ci vont évoluer car cela dépendra des politiques menées. L'activité de la place financière Londonienne est assise en large partie sur l'activité continentale, si une certaine proportion est rapatriée (et si par exemple des taxes type tobin dont les anglais voulaient pas trop était instituées) si on fait payer certaines facilités d'accès au marché et à l'espace de l'UE comme pour la Norvège, etc, on pourra récupérer le tout, ou plus ou bien juste un partie du pognon.
Qui vivra verra.
Par poisson

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

À part par pour les accidents de la route où la durée du temps de vie perdu a un sens, là le tableau final est séduisant mais au fond c'est complètement con.

La durée a-t-elle une importance ou pas dans ce cas précis? Si on a une idée précise de la durée de l'exit (jusqu'à ce que mort s'en suive), c'est à supposer qu'il y a une clause de non retour, quand on sort de l'Europe on y reviens pas!

De toute façon ouf je suis dans la tranche d'âge qui le subira le moins d'années (average numbers of years i have to live with the décision). Je sais pas pourquoi ouf.
Car selon ma vision plus négatif tu meurs : ce qu'on a construit quand j'avais 18-24 ans je ne l'ai pas subi beaucoup d'années non plus, d'ailleurs quand j'ai été concernée ça n'avait plus cours du tout. Sauf l'abolition de la peine de mort mais je suis moyen concernée.
La question pertinente est de savoir si les conséquences de la sortie de l'euro, pour les jeunes qui ont voté contre, seront positives ou non.
Par Cugel

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Et pour la zone euro et l'espace Schengen, ils vont faire comment ? Il va falloir qu'ils y entrent pour pouvoir en sortir ?

--
Par Mona

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

On va reboucher le tunnel et rembourser les spéculateurs spoliés ? ;-))
Par Youri Llygotme

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

C'est prévu! Mais auparavant on aura ouvert les portes de Calais et laissé filer tous ceux qui veulent traverser le Channel.
Par cécile clozel

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

si seulement....
Par Cugel

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Rembourser les spéculateurs spoliés ? Why not, ça leur permettra de réinvestir dans des fabriques de pelles !

--
Par Mona

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Savoir qu'un spéculateur est spolié , c'est jouissif .
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Par clive

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Tu montres ton passeport, ils vérifient les listes sur leur écran, ils vérifient que les enfants avec toi sont bien les tiens, et ils te laissent passer.
Entre 1 et 2 mn selon les cas...
Comme c'est le cas depuis que je suis marié avec une anglaise.
Same old depuis 18 ans...
Par Cugel

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

C'est pas faux... faut juste ne pas avoir la mauvaise idée d'y aller en car et une carte d’identité.

--
Par PONTEUXIN

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Souvenirs,souvenirs...Accompagnant mes élèves en Angleterre (en 1986 si ma mémoire est bonne) je vois monter 2 "immigration officers" à bord de mon car. Vérification des cartes d'identité,interdiction de changer de place,extraction des élèves non européens (50% environ) qui sont emmenés pour être photographiés devant un mur blanc)...Au retour même cirque!
Par abracadabra

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Sur le tweet "générationnel", il faut beaucoup relativiser selon le Monde : [www.lemonde.fr]
Par Jean-Pierre RADO

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Une petit pensée pleine de compassion pour tous ces traders de la City qui vont devoir apprendre l'allemand et déménager précipitamment à Frankfort !
Par Robert.

Si on la croit ...

"déménager précipitamment à Frankfort !"
La banque HSBC avait prévenu avant le référendum qu'elle pourrait déplacer un millier d'emplois de Londres vers Paris en cas de Brexit.

Bon, et puis cette habitude commençante de remplir chroniques et articles de copies d'écran de tweets .....



Modifié 1 fois. Dernière modification le 14:13 le 24/06/2016 par Robert..
Par Jiemo

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Pendant ce temps là , le Japon tombe en morceau et çà , çà va faire très mal , une nouvelle crise en gestation !



Modifié 1 fois. Dernière modification le 14:01 le 24/06/2016 par Jiemo.
Par Thibault du Crest

Re:

Le Brexit est une excellente nouvelle pour la France et pour l'UE !!! (et un peu moins pour le RU....) Il affirme la volonté des peuples de décider par eux mêmes. Il démontre la possibilité de renverser l'ordre établi, l'oligarchie européenne, les médias et les institutions financières. Il dénonce la construction de l'Europe actuelle et appelle a un changement radical. Il autorise le reste de l'Europe à construire une politique économique et fiscale (taxe tobin). Il servira d'avertissement à notre inébranlable classe politique.
Par OuvreBoîte

Re:

Les médias anglais, ils n'ont pas fait massivement campagne contre le Brexit. Le "Leave" était quand même très largement représenté.
A ce titre c'est quand même peu une victoire contre les médias. En tout cas pas du tout dans les proportions du non au TCE en 2005.
Par Robert.

Re:

Noter quand même que sur un problème que l'on dit crucial le peuple en question se divise très sensiblement en deux parties presque égales. Vu la qualité de certains arguments de campagne cela interpelle.
Par Al Ceste

Re: Brexit : s'il faut trouver un Valls...

C'est donc le moment d'être dignes des pères fondateurs, le moment de refonder, de réinventer une autre Europe en écoutant les peuples.

Signé : El Caudillito.

Commence donc par écouter le tien de peuple, et retire ta loi El Medef, de la même farine pourrie qui provoque le vote Brexit !

Mais pas d'inquiétude pour toi et tes potes : tu es dans le camp des "il faut tout changer pour que rien ne change" !
Par Jenny

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Une répartition des votes par "classe sociale-niveau de vie", serait intéressante.
Par Cultive ton jardin

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

En tout cas, une division "rural/citadin" est nette. Mais aussi: le discours de Farage: il faisait référence à une victoire contre les multinationales, une victoire de "vrais gens", du peuple, etc... le mot "nation" ne venant qu'en dernier. Ça ne dit rien de ce qu'il pense vraiment, mais tout de ce que veulent entendre ses électeurs. Les arguments ont puisé dans le racisme et la xénophobie (c'est ce qu'il y a de plus facile à chauffer). mais les motifs profonds... nous échappent, faute de journalistes pour nous en informer.
Par Rahan33

QUAND LES TRADERS FONT DE LA POLITIQUE...

FARAGE ? L'ancien Trader qui ment comme un arracheur de dents ?

Quand les traders se lancent dans la politique, c'est qu'il y a un loup. C'est ce que je me dis.

Talleyrand le cynique disait : " Il faut toujours agiter le peuple avant de s'en servir "

A méditer.
Par DétecteurdeVérité

Re: Brexit RIP

Le mot d'ordre en effet est de verser la responsabilité de nos problèmes à Bruxelles ou Strasbourg, d'excuser l'incapacité de nos députés européens en accusant les Allemands. Est-ce la faute des Allemands si nous avons au Parlement Européen une bande de branquignols pour nous représenter ? Est-ce la faute des Allemands si notre gouvernement lèche les bottes des multinationales comme les autres gouvernements Européens et est incapable comme les autres gouvernements Européens sous couvert de "l'UE" de leur résister?

Aujourd'hui, les fainéants dont le GPS ne dépasse pas les limites de leur cambrousse sont incapables d'inventer autre chose qu'une reconduction de ces états fabriqués au XIXème siècle et qui d'ailleurs ne résistent pas à l'érosion du temps. Le Royaume Uni rêve de son Empire depuis Thatcher comme s'il suffisait de faire des milliers de km de films à la mode Victoriana pour rendre réel un monde disparu. Et les Français qui n'osent affronter leur Histoire récente de peur d'effriter leur belle histoire coloniale, etc.. Et il n'y a pas qu'en Europe, il suffit de regarder à Moscou pour se croire revenu au bon vieux temps des moujiks.

Oui, l'Union Européenne est bancale et pêche par des tares inhérentes à toute institution comparable à une association de charité dont les membres seraient des avares et des pingres. Oui l'Union Européenne échappe à certaines règles de démocratie, mais pourquoi lui reproche-t-on cela alors qu'on excuse des incartades mille fois plus importantes chez nous comme ce magnifique 49-3!!! Comment se fait-il qu'en 2016, il n'existe pas encore de parti Européen alors qu'on voit bien les partis nationaux arrivés à bout de souffle et incapables d'autres choses que de singer la bêtise au lieu de cultiver ce qu'il y a de plus noble.

La majorité des commentateurs ici n'ont jamais mis les pieds en Grande Bretagne. Ils n'ont pas connu l'ère Thatcher, ils ne savent pas ce que la Grande Bretagne d'aujourd'hui doit à cet héritage comme les friches des Midlands. L'Europe n'y est pour rien, au contraire son action a souvent été bénéfique.

Bien entendu, les Boris Johnson et autres vont créer de toute pièce un mirage dans les mois à venir, celui d'un Royaume Uni ressuscité, vainqueur de l'administration européenne, obligeant mille concessions. Faites leur confiance pour la com, ils sont bien meilleurs que sur le Continent. Ils sont assurés d'avoir le trémolo nationaliste des médias avec eux. Et ici, au contraire, les médias avides de suivre les états d'âme moroses et défaitistes ne vont pas faire autre chose que de faire dans la démolition.

En 2017, le tram de Strasbourg va avoir une nouvelle ligne qui va faire de Kehl ville allemande une partie intégrante de la capitale Européenne? Nous sommes une Eurométropole. Un retour en arrière aura pour effet ce qui va arriver en Écosse.

Mais il est vrai que cela ne veut rien dire du côté de Rhondda Cynon Taf en Pays de Galles ou de Bazoches les Gallerandes
Par DonGiedo

Re: Brexit RIP

C'est un peu n'importe quoi. On sent la passion déçue, mais pas le raisonnement.

Pour reprendre juste cela: " Oui l'Union Européenne échappe à certaines règles de démocratie, mais pourquoi lui reproche-t-on cela alors qu'on excuse des incartades mille fois plus importantes chez nous comme ce magnifique 49-3!!"

D'abord, qui excuse l'usage du 49-3 ? Vous l'excusez, vous ? Je pense que peu de gens dans ce forum l'excuse, mais comme on ne peut rien y faire (à part manifester...) et bien il faut vivre avec. Ensuite, ce n'est pas parce que l'instance nationale est anti-démocratique qu'il faudrait accepter (ou excuser, pour reprendre vos propos) que l'instance supra-nationale se torche elle aussi de l'avis du peuple.
Par DétecteurdeVérité

Re: Brexit RIP

Vous parlez de raisonnement alors que vous n'avez pas lu mon commentaire :
J'ai commencé en parlant des piètres députés qui nous représentent au Parlement Européen (à l'exception de quelques uns). Comment voulez-vous que ces gens venant de partis qui acceptent la démocratie immature française comme l'a dit si justement mme Eva Jolly puissent aller modifier quelque chose aux règles du Parlement Européen. Quand on accepte dans son pays le 49-3, on est guère en mesure d'aller parler de la représentativité dans les commissions. Parlant de celles-ci la sous représentativité française est remarquable. Elle ne provient pas d'ailleurs des règles du système mais d'un manque de volonté "nationale". Il suffit de prendre l'exemple des députés Podemos d'Espagne au Parlement Européen qui eux ont pris la mesure de l'enjeu européen et sont présents en permanence et ont instaurer leurs règles afin de modifier les imperfections : une grande part du salaire du député reversé au parti, pas de voyage en première classe etc.
Ensuite, l'instance nationale est en décomposition : que vaudra demain cette instance nationale quand il sera clair que celle-ci est impuissante à son niveau et se décharge de ce qu'elle ne peut empêcher en le refilant au Parlement Européen. Il suffit de prendre les exemples des impôts détournés par les grandes sociétés multinationales, à commencer par Total.
Ensuite, que peut cette instance nationale dans les grands projets industriels comme Airbus ? D'ailleurs nous allons bientôt voir des développements à ce niveau.
Ensuite vous parlez de "l'avis du peuple". C'est quoi exactement "l'avis du peuple", vous êtes ici sur un site qui décortique la manière dont on le façonne "l'avis du peuple". Aussi des jours comme celui-ci, c'est moi qui m'en torche de l'avis du peuple.

Il n'y a pas de passion déçue chez moi mais une raison dépitée de voir par exemple que des vieillards de 80 ans ont pu voter sur des motifs aussi fallacieux que l'immigration alors qu'ils se font torcher par des aides médicales qui en proviennent, que des paysans du Breckland ont pu voter pour quitter l'Europe alors que ce sont les subsides de l'Europe qui les fait vivre et que leur dernier giratoire a été financé par elle.

Pour ma part, je parle plusieurs langues, j'ai plusieurs passeports mais qu'une seule nationalité si on m'oblige au choix : celle d'Européen, les autres, c'est bon pour les contes de fées et les sociétés d'histoire locale
Par Faab

Re: Brexit RIP

Et n'oublions pas que le groupe principal de nos représentants au Parlement européen est depuis les dernières élections celui contre l'U.E., le Front National qui vote malgré tout en faveur de la directive sur le secret des affaires.
Au passage : Les eurodéputés français se trompent souvent de vote au Parlement européen.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 00:43 le 25/06/2016 par Faab.
Par Neity

Re: Brexit RIP

On est à un tournant : soit les pays de l'UE se bougent un peu et mettent en place de belles choses plus enthousiasmantes que de l'économie de marché pour les récalcitrants. Soit on passe à côté d'une belle opportunité avec le risque de faire pourrir la situation.
Le meilleur moyen de faire regretter aux anglais leur choix, c'est de faire une belle Europe.

Vu la carrure de nos dirigeants, ça ne me paraît pas bien parti cela dit.

Je trouve ça assez terrible dans la mesure où le Royaume-Uni est une sorte de mini-europe avec ses pays qui le composent. Du coup l'argument selon lequel on risque de voir l'écosse se désolidariser du Royaume-Uni ne me paraît pas absurde ; ce serait l'accomplissement final d'une logique de nationalisme primant sur le supra-nationalisme. Avec tous les risques que ça implique. S'il y a un Referendum en Ecosse ; est-ce que le RU acceptera le résultat ?

Après, certes le RU hors d'Europe ça ne fait pas une guerre en soi. Il y a effectivement des pays hors de l'UE sans que l'on soit en conflit avec. Mais qu'en serait-il s'il n'y avait plus d'UE du tout ? Imaginez que les USA soient remplacés par autant de nations sans espace économique commun. Ca paraît quand même beaucoup plus sujet à l'explosion d'une région.

On l'oublie (trop) facilement je trouve ; On peut vivre en paix à côté de l'Europe, mais pas sûr qu'on puisse vivre en paix sans Europe.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 02:28 le 25/06/2016 par Neity.
Par DonGiedo

Re: Brexit RIP

Votre dernier paragraphe prouve que vous êtes clairement plus dans la passion que dans le raisonnement cartésien. L'Europe politique est une belle idée, mais il faut savoir rester critique: si elle déçoit et n'est pas démocratique, il faut avoir le courage de la démanteler et d'en faire une autre.

Mais il semble que pour vous le peuple soit trop con pour avoir un avis valable, donc je comprends votre raisonnement, sans y adhérer.
Par sandy

Re: Brexit RIP

Oui enfin on construit rarement qqchose à un tel niveau en le mettant en ruine ou même en le démantelant comme vous dites, on part généralement de l'existant. Si ce n'est pas le principe de l'union avec les autres pays le problème mais bien le contenu des accords entre les pays, il devient particulièrement absurde de dire que l'union passe d'abord par la désunion.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 16:01 le 25/06/2016 par sandy.
Par Trubli

Re: Brexit RIP

Le 49-3 est l'exercice le plus démocratique qui soit.
Le gouvernement qui brandit cette arme se voit en danger d'être renversé par le Parlement - motion de censure -

Le problème est que les frondeurs n'ont pas eu les couilles d'aller jusqu'au bout et de tenter de renverser leur gouvernement.
Par sandy

Re: Brexit RIP

Il n'y a rien de démocratique, ni à ce qu'un gouvernement légifère en force sans l'accord de la population, ni à ce que des parlementaires fassent tomber un gouvernement sans l'accord de la population. Je me répète, car je veux mettre en valeur le fait que pour que cela soit démocratique il faut que cela soit au minimum la volonté de la population.
Par Rahan33

PAUVRE PETITE CHEVRE

Et oui, cela ne veut rien dire pour vous l'arrière - pays, là où les gens bossent, se crèvent à la tache pour vous payer des Trams luxueux pendant que vos congénères politiques ineptes ferment dans l'arrière-pays les bureau de poste, les hôpitaux, les maternités, les écoles, les lycées professionnels, les collèges de proximité, et que les commerces ferment les uns après les autres, que les médecins se barrent ailleurs ou ne veulent pas venir dans des déserts économiques et culturels...etc..

L'arrière-pays français, c'est comme Rhondda Cynon Taf ou Bazoches les Gallerande, rien que des millions de bouseux !

Pauvre petite chèvre ! Et tu as le toupet de te nommer " détecteur de vérité " ? Déjà, une mentalité de flic ? Cela ne m'étonne pas.

Ton appareil ne doit pas très bien marcher ou alors il faut l'appeler autrement et se l'appliquer à soi-même.
Par Cultive ton jardin

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Pas de doute, ils vont tout changer pour que rien ne change. Tant qu'on les laissera faire.
Je m'étonnais quand même ce matin que tous les commentateurs projettent leur spleen sur "les anglais". Je me disais, tout bêtement, ben yen a plus d'heureux que de malheureux, non? Mais non, tous les anglais sont en deuil de l'Europe. On se demande bien d'où sortent ceux qui ont voté pour la sortie... Peut être qu'ils ne fréquentent pas de journalistes... ou que les journalistes ne les fréquentent pas.

Quant aux jeunes... J'ignore jusqu'à quel point les sondages sont pertinents. mais regardez vivre les jeunes: ils voyagent, ils ne sont pas trop nationalistes pour avoir déjà rencontré d'autres jeunes de tous pays, comme ils fréquentent "international", ils sont amoureux, ils font des enfants sans tenir compte de la carte d'identité. L'Europe leur donne quelques avantages de ce côté là. Plus qu'aux "vieux", qui tirent fort peu de bénéfices de leur "libre circulation" théorique et pour qui les ravages dus non pas à l'Europe mais à cette Europe sont à la fois plus sensibles vu qu'ils comparent "avant" à "après". Ce que ne peuvent pas trop faire les jeunes, qui sont nés avec la précarité somme horizon "normal", au point qu'il arrive que la stabilité leur fasse peur.
Par Cugel

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Quels jeunes ? Par ici, mis à part entre les ceps de vigne et les pieds de maïs, ils fréquentent plus les agences d’intérim que "l'international".

--
Par Cultive ton jardin

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Oui, bien sûr, seulement certains jeunes. Mais même intérimaires ou précaires, ou saisonniers, certains se débrouillent quand même pour voyager. Pas de fric, mais plus de "temps". Et pas mal de mélanges dans la précarité.
Par DétecteurdeVérité

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Pour illustrer ce que vous écrivez dans votre jardin, Cultive "What we have done"
Par OuvreBoîte

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Les anglais, collectivement, n'ont jamais été très très europhiles.
Par rapport à d'autres qui ont avec l'UE une relation d'amoureux déçus, la distance et une forme d'égoïsme national très assumé ont été très représentés depuis le début.
Finalement avec 43 ans d'UE ils ont peut-être fabriqué une ou deux générations plus europhiles, avec erasmus et co mais il faudra encore longtemps pour que celle-ci arrive aux commandes.
Par constant gardener

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Les britanniques vont se retrouver vis-à-vis de l'UE dans la situation des Suisses et des Norvégiens.
Ca fait peur.
Par Jean-Ali-Lévy-Feuerbach

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

" si les anglais peuvent survivre à leur cuisine, ils peuvent survivre à tout "
Par Djac Baweur

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

ON VA TOUS MOURRRIIIIIIR ! ON EST DAMNÉÉÉÉÉÉS !
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

On se calme, on fait de la sociologie.
Par kusto

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

En effet, à l'instar de la Norvège et de la Suisse, il devront payer leur impôt à l'Europe, se soumettre à ses décisions et traités, mais n'avoir aucun représentant ni droit de vote. ça fait rêver. Peur pas vraiment (sauf si vous êtes britannique). Pour la France c'est un avantage, un de plus qui paie en libérant ses votes :)
Par Rahan33

L'Europe n'est pas l'Union Européenne

Oui, il vont être comme les habitants de la Suisse ou de la Norvège ....ou comme les habitants de la Russie ! Y survivront-ils ? Ne se sentiront -ils pas isolés au sein de l'Europe ?

On a beaucoup de peine pour eux, perdu au milieu du Commonwealth !

Brrrrrrr ça fait vraiment peur.

Heureux le peuple Grec qui subit le joug allemand de la mère Merkel et de Wolfgang Schäuble !

Cela va sans dire.
Par bastounet

D.S. et le 21em siècle

bernie sanders , trump , podemos , 5 étoiles , siris , nuit debout et , enfin , le brexit . Enfin le 21em siècle arrive .
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: D.S. et le 21em siècle

L'arrivée du 31ème millénaire mérite un nez rouge.
Par Rahan33

Libération des peuples européens

OUF! La Guerre Froide est enfin finie !
Par emilie bouyer

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Et elle est contente la Marine... ça lui fait des vacances parce qu'elle était chafouine à cause de la Marion qui fait rien qu'à l'embêter. Les voilà d'accord sur un point pas négligeable :On peut sortir de L'Europe! Il suffit pour ça d'un petit "Frexit" (sic) où la trouille l'emportera sur la sagesse et -croit-elle- le portail de l'Elysée s'entrouvrira. Alors on n'aura plus qu'à trouver un endroit où respirer de nouveau.
Par Strumfenberg ( Aloys von )

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Marine est une personne, qui souffre comme nous. Certes elle est bête, mais qui peut être aussi con qu'elle.
Par Ijarkor

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Attention : le tableau final n'est pas "(...) la répartition des votes par tranche d'âge".

Il s'agit d'un sondage réalisé sur 1652 personnes du 17 au 19 juin.

C'est indiqué en petit caractère sous le tableau. Ce serait bien de corriger l'article.
Par Robert.

N'importe quoi !

" Ce serait bien de corriger l'article."
C'est même indispensable. Pourquoi nous donner à méditer sur "copie d'écran de tweet" des sondages probablement bidon retweetés par des propagandistes du "remain". ?
Par Rahan33

Arrêt sur images bip bip !

Vous dites : " Pourquoi nous donner à méditer sur "copie d'écran de tweet" des sondages probablement bidon retweetés par des propagandistes du "remain " ?

Une bonne question.

A " arrêt sur Images ", ils regardent trop la télé.
Par Oliv

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

A-t-on la certitude que le whisky ne rencontrera pas de barrières douanières... Je n'aime pas le Ricard, mais vraiment pas.
Par GPMarcel

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

"Je n'aime pas le Ricard, mais vraiment pas." Même avec des olives, ;-)



Modifié 1 fois. Dernière modification le 20:01 le 24/06/2016 par GPMarcel.
Par Cugel

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Ce n'est pas pour le martini les olives ?

--
Par Oliv

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

... et je n'aime pas les olives :(


[Au contraire de mon chat qui devient fou à leur contact...]
Par cécile clozel

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

y a pas que le ricard... essayez le pastis Henri Bardoin :)
Par William Perrin

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Ou le Pont (petit nom du Pontarlier-Anis, boisson de par chez moi)
Par alain-b

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Il parait que les connaisseurs préféraient le PEC (Picon Et Compagnie).
Par William Perrin

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Trouvé sur les internets, pas recoupé:
"En 1978, Picon et Compagnie est vendu au groupe Remy-Cointreau, le Pastis PEC ne faisant pas partie des produits cible du groupe, sa fabrication est abandonnée."

En 1978, j'avais entre -4 mois et 8 mois. Un peu tôt pour être "connaisseur" ;)
Par alain-b

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Je suis étonné qu'ils l'aient abandonné en 78, on en voyait dans les troquets il y a encore pas si longtemps il me semble. Moi j'avais que 15 ans en 78, suis pas si vieux kesstucrois ;)
Par Al1

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Tiens, pareil, je suis de 63 aussi !
Alain c'est pas tellement un prénom de jeune !

Sinon moi je tourne au Janot. Un pastis bio.
Par alain-b

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

oui ça faisait partie des prénoms à la mode au début des sixties. Moi pas de pastaga, pourtant je suis du coing.
Par Cugel

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Citation:
Alain c'est pas tellement un prénom de jeune !

Vous rigolez des genoux, il y en avait encore en 64 !

--
Par Al1

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

En 64 c'était azebine !
Par Cugel

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Font chier ces vieux, aucun respect pour leur jeunesse ! :-)

--
Par Cugel

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Citation:
on en voyait dans les troquets il y a encore pas si longtemps

Ben c'est peut-être parce qu'on le voyait trop longtemps derrière le bar qu'ils ont arrêté la production... quand ça se boit plus, ça se vend plus... c'est un peu comme la liqueur de goudron, quand tu n'arrives plus à détacher la bouteille de l’étagère, tu peux dire que c'est mort.
Par alain-b

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Nan, c'est les copains de Pasqua qui ont comploté pour dézinguer la concurrence.
Par Cugel

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Je ne sais pas... m'enfin si ça ressemblait au pastis Boyer, je peux les comprendre.

--
Par Raplouf

Re: Brexit

Le plus étrange c'est que le résultat du référendum est appliqué. On voit bien qu'ils ne sont pas européens, chez nous, on peut voter non, et puis c'est oui quand même. C'est bizarre de respecter le choix des gens. On n'est pas habitué....
Par Al Ceste

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/06/24/ne-mettons-pas-le-brexit-sur-le-compte-de-l-insularite-britannique_4957709_3232.html

Il envoie le pâté, le camarade irlandais.



Modifié 2 fois. Dernière modification le 21:53 le 24/06/2016 par Al Ceste.
Par Yanne

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Dans ce bal des faux-culs, celui que je trouve le plus gonflé, c'est vraiment Quatremer.

Il met maintenant tout sur le dos du RU. Ma bonne dame, c'était les Anglais qui posaient un problème dans l'UE.
Sauf qu'avant, il n'y avait pas de problème. Comment à 28 minutes, il expliquait que tout était parfait ! Et qu'on était des imbéciles de se poser des questions !
C'est l'illustration parfaite de l'adage : les absents ont toujours tort ! A peine, ils ont tourné les talons qu'ils ont tort...

Et comme si tout les pays n'étaient pas aussi faux-culs les uns que les autres : les Allemands qui occupent la place de premier de la classe, quand il n'y a pas de prof, les autres qui courbent la tête tout en hurlant comme des pourceaux qu'on égorge, histoire d'épouvanter la galerie qu'on prend pour une porcherie.

Tout ce show business !!!

Mais récapitulons cette merveilleuse mécanique qui exonère chacun et déresponsabilise tout le monde;
Tous les 3 mois, le Conseil européen, c'est à dire les chefs d'état ou les chefs de gouvernement se réunissent et prennent des décisions. Ensuite, la Commission prend des résolutions sans pouvoir surseoir à ces ordres (c'est pas moi, c'est pas moi, c'est l’autre). Puis les pays appliquent. Et si les populations se plaignent, les dirigeants nationaux expliquent que c'est la faute à l'Europe.

Et tout d'un coup, on laisse le choix à ces populations, on leur propose, quand elles disent qu'elles en ont assez et veulent quitter ce piège à cons, de le faire vraiment. Et c'est extraordinaire, elles le font, elles disent que c'est le moment et décident de partir..... Ben alors ! Effectivement, c'est incompréhensible, surtout pour les aveugles.

Mais comme c'est étrange. On ne comprend pas. Surtout si la situation arrange, n'est ce pas ?
Par rmara

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Votre dernier tableau n'est pas une répartition des votes suivant la tranche d'age , mais une estimation des votes par tranche d'age suite à un sondage; Que je sache le vote est à bulletin secret en Angleterre.
sur cet exemple vous tenez le même discours que les media traditionnels que vous critiquez.
Et en l'occurence sur cet exemple ce discours n'est pas neutre : pourquoi nous sert on cette photo de sondage par tranche d'âge ? Car elle discrédite le Brexit en tenant ce discours, les vieux qui n'ont pas d'avenir on choisit le contraire de ce que veulent les jeunes anglais.
Or au début de ce sujet vous pointiez le fait que les sondages ne reflétaient pas la réalité et qu'ils adoptaient le point de vue biaisé d l'élite éditoriale.
C'est encore ici le cas ...
La vérité est bien plus complexe, le Brexit est un vote de droite comme de gauche, d'extrême droite comme d'extrême gauche, c'tes un vote de vieux et un vote de jeune, un vote de femme et un vote d'homme, un vote de chômeur et un vote de salarié, un vote de citadin et un vote de campagne ...
Mais ce qu'il reflète avant tout c'est la non adhésion à ce projet européen là ...
Par Al Ceste

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

" La vérité est bien plus complexe, le Brexit est un vote de droite comme de gauche, d'extrême droite comme d'extrême gauche, c'est un vote de vieux et un vote de jeune, un vote de femme et un vote d'homme, un vote de chômeur et un vote de salarié, un vote de citadin et un vote de campagne ...
Mais ce qu'il reflète avant tout c'est la non adhésion à ce projet européen là ..."




Modifié 2 fois. Dernière modification le 10:14 le 25/06/2016 par Al Ceste.
Par Raplouf

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Exact, hier sur France 2 une jeune femme (censée être pour l'Europe) a expliqué qu'elle avait voté la séparation car elle ne voulait plus de ce système (elle était attachée parlementaire à Bruxelle) de technocrates sur-payés coupés du monde (et je rajoute manipulés par les plus offrants lobbies chimique, bancaires etc...); ceux même qui ont enfoncé la Grèce au mépris de tout débat.
Pareil pour ceux qui sont considérés comme anti européens (dont je fais partie) qui avaient répondu non à la ratification de la "constitution" européenne (un ramassis d'accords, une mascarade qui accordait la toute puissance à la banque européenne etc...).
Les gens ne sont pas dupes et ne veulent plus de cette Europe là. Il faut le dire et le répéter, bon sans c'est pourtant clair.
Par ex commençons par unifier la fiscalité, non? ah bon!
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Citation:
Par ex commençons par unifier la fiscalité, non?

oui ,oui ,oui mais en s'alignant sur le pays le moins défiscalisé (il faut rappeler sans cesse que l'impôt est révolutionnaire, et que la défiscalisation concerne toujours forcément ceux qui en payent)
et aussi le droit du travail, en alignant tous les pays sur le droit le plus protecteur pour les salariés
et aussi la protection sociale, là aussi en alignant sur le système le plus protecteur
Par Al Ceste

Trouvé sur Médiapart

Stathis Kouvelakis était membre du comité central de Syriza lors de la victoire de ce parti en Grèce en janvier 2015. Il fit ensuite partie de ceux qui, prônant une sortie de l’euro et une rupture franche avec les institutions européennes, ont décidé de faire scission avec le premier ministre Alexis Tsipras. Enseignant et vivant à Londres, il analyse pour Mediapart les conséquences du référendum britannique.

Mediapart : Quelle lecture faites-vous du vote en faveur du Brexit ?

Stathis Kouvelakis : Le premier constat est que l’UE perd tous les référendums qui se déroulent autour des propositions qui en émanent ou de l’appartenance à l’une de ses instances. Les défenseurs inconditionnels du projet européen devraient quand même commencer à se demander pourquoi. Mais c’est la première fois que la question du maintien ou du départ a été posée directement. Et le fait que l’un des trois grands pays européens choisisse la rupture avec l’UE signe, pour moi, la fin du projet européen actuel. Ce résultat révèle définitivement ce qu’on savait déjà, à savoir qu’il s’agissait d’un projet construit par et pour des élites, qui ne bénéficiait pas d’un soutien populaire.

Vous en réjouissez-vous ?

Oui. Certes, ce rejet légitime de l’UE risque d’être confisqué par des forces de droite et xénophobes, comme la campagne britannique l’a montré. Mais, pour moi, il peut aussi s’agir d’une opportunité pour des forces progressistes en lutte contre l’Europe néolibérale et autoritaire, c’est-à-dire l’UE telle qu’elle existe. Je pense que des forces antilibérales de gauche peuvent plus facilement s’exprimer dans d’autres pays qu’en Grande-Bretagne, où il est vrai que le « Lexit » (contraction de Left et Exit -ndlr) a été très peu audible, et a révélé une fracture entre la direction des principales forces de gauche, politiques et syndicales, et la base populaire et ouvrière, qui a dans sa grande majorité rejeté l’UE.
Le parti travailliste, notamment, est fracturé entre une large partie de son électorat d’un côté et ses élus et son appareil de l’autre, avec les cadres et les militants écartelés entre les deux. De surcroît, son dirigeant actuel, Jeremy Corbyn, est en réalité très hostile à l’UE, mais il a été contraint de faire campagne pour le maintien, compte tenu du rapport de force interne à l’appareil et au groupe parlementaire.
En février 2015, lorsque je faisais encore partie du comité central de Syriza, à l’occasion d’une grande réunion qui s’était tenue à Londres, au siège de la confédération des syndicats britanniques, pour fêter la victoire de notre parti en Grèce, Jeremy Corbyn, dont personne n’envisageait alors qu’il puisse prendre la direction du parti travailliste, était venu me parler en marge de la réunion, en me disant : « Est-ce que vous avez un plan B ? Parce que l’UE va vous écraser, en commençant par attaquer votre système bancaire. »
Il m’a raconté le choc qu’il avait subi lorsqu’il était jeune militant et que le parti travailliste avait gagné les élections de 1974 sur un programme radical. Le système bancaire britannique avait immédiatement été attaqué, contraignant le Royaume-Uni à faire appel au FMI pour demander un prêt et à mettre en place des politiques austéritaires en échange. Il voulait que je le rassure sur le fait que nous avions un plan B, et moi qui appartenais à la minorité de la direction de Syriza, je ne pouvais que lui répondre qu’il fallait qu’il en parle avec Tsipras, pour tenter de le convaincre.
Cette anecdote montre qu’il ne se fait aucune illusion sur l’UE. Seulement, l’appareil  du parti travailliste et ses élus lui sont farouchement hostiles. Et on lui reproche désormais d’avoir fait un service minimum en faveur du « Remain ». Les mêmes médias, qui avaient appelé à voter « Remain », voudraient qu’il parte, alors même que le Brexit a gagné, parce qu’il n’en aurait pas fait assez…

Avez-vous été surpris de ce résultat ?

Non. Ce qui m’a frappé pendant cette campagne britannique, c’est une impression de déjà-vu. J’ai eu la chance de vivre à la fois le référendum sur la Constitution européenne de 2005 en France, celui de l’année dernière sur le plan d’austérité Juncker en Grèce, et celui de cette année en Grande-Bretagne. À chaque fois, ceux qui défendent l’UE portent de moins en moins de discours positifs et emploient essentiellement des arguments fondés sur l’intimidation et la peur, en mettant en scène tous les maux qui s’abattraient sur le Royaume-Uni si les Britanniques votaient mal.
Schaüble et Juncker se sont faits menaçants, comme à l’accoutumé, et même Obama a joué sa partition pour expliquer à quel point un Brexit serait catastrophique. En France, on a beaucoup focalisé sur le fait que la campagne pro-Brexit était animée par des personnages effectivement peu ragoûtants, de Boris Johnson à Nigel Farage. Mais les médias ont moins souligné que le « Remain » était porté par tout l’establishment content de lui-même, avec la City arrogante en première ligne, ce qui avait de quoi motiver le rejet de l’électorat populaire.

Une refondation démocratique de l’Europe, que beaucoup appellent de leurs vœux au lendemain du Brexit, vous semble-t-elle encore possible ?

De plus en plus de forces de gauche comprennent que l’UE n’est pas réformable dans un sens progressiste, avec un fonctionnement plus démocratique, parce qu’elle est conçue, dans son architecture intrinsèque, pour ne pas être réformable. Tout est verrouillé et, pour enseigner dans un département d’études européennes, je peux vous assurer que mes collègues spécialistes le savent. L’UE n’a pas été conçue pour fonctionner avec les règles de la démocratie parlementaire, dont on craint toujours la tentation « populiste ».
Le vote britannique est donc une occasion à saisir pour toutes celles et ceux qui réfléchissent à un plan B, et sont conscients que de véritables alternatives impliquent une rupture avec l’UE. Que ce soit Jean-Luc Mélenchon en France, Oskar Lafontaine et Sahra Wagenknecht en Allemagne, l’aile gauche de Podemos ou ceux qui ont quitté Syriza l’an dernier : toutes ces forces anti-libérales et progressistes doivent se saisir de ce moment, si elles ne veulent pas être gravement punies par une droite nationaliste et xénophobe qui capterait la colère populaire.

Mais, en Grèce, la gauche qui a fait scission avec Tsipras, semble pourtant plutôt atone ?

Le dernier sondage américain PEW sur l’europhilie, effectué sur un très large échantillon de populations européennes, a montré que plus de 71 % des Grecs n’acceptaient plus l’UE et qu’un bon tiers souhaitaient sortir de l’euro. Certes, le champ politique grec est bloqué et, suite à la capitulation de Tsipras l’été dernier, le sentiment de défaite et de démoralisation reste fort. Mais on commence à voir des mouvements à gauche de Syriza, que ce soit Unité populaire ou le mouvement lancé par Zoé Konstantopoúlou, gagner du terrain. Nous sommes à la veille de reclassements importants, à l’échelle de l’Europe, et face à un choix entre une radicalité qui sera soit de gauche et internationaliste, soit de droite et xénophobe. Si la gauche qui se veut hostile au néolibéralisme continue à répéter la litanie de l’« Europe sociale » et de la « réforme des institutions européennes », elle ne s’enfoncera pas simplement dans l’impuissance, elle sera tout bonnement balayée.

La manière dont la Grèce a été traitée l’été dernier a-t-elle joué dans le vote britannique ?


Nigel Farage, le dirigeant du parti nationaliste et xénophobe UKIP, avait tenu au Parlement européen des propos dans lesquels il accusait l’UE de se comporter de manière dictatoriale avec la Grèce. Il disait des choses qui auraient dû être dites par toute la gauche britannique et européenne. Le référendum britannique est juste un nouveau signe du rejet de l’UE, dont les électeurs comprennent qu’elle se situe au cœur du problème de la politique représentative actuelle, celui d’une élite européiste qui méprise les couches populaires et la notion même de souveraineté du peuple. Passivement toléré lorsque la situation économique paraissait fluide, le projet européen se délite lorsque celle-ci se dégrade et que le carcan des politiques d’austérité se durcit partout, sous l’impulsion et le contrôle tatillon des instances de l’UE.
Le découpage spatial du vote britannique est saisissant. Il y a deux pays. La bulle de la City et du Sud-Est du pays face à un autre pays, dont on ne parle jamais parce qu’on préfère évoquer le Londres branché et multi-culturel. Avant d’enseigner à Londres, j’exerçais dans une université de la banlieue de Birmingham, Wolverhampton. La différence est abyssale. Le centre-ville était en ruine. Dans cette Angleterre où la révolution industrielle a commencé, tout le monde se sent abandonné et condamné à une mort économique et sociale. Le parti travailliste a abandonné à leur sort des populations entières et laissé ainsi le champ libre à des partis comme le UKIP.
Ce qui est d’ailleurs paradoxal, parce qu’alors que le Front national a toujours su, en France, se parer d’un vocabulaire et d’atours pour « faire peuple », le UKIP incarnait, à l’origine, tout ce dont les classes populaires anglaises se sont toujours moqué : un côté vieillissant, anglican, traditionnel, classes moyennes coincées, 100 % blanches, le conservatisme de grand-papa en somme. On imagine la colère et le sentiment d’abandon qu’il a fallu pour qu’un tel parti ait pourtant réussi à capter le vote des classes populaires…

Comment vous positionnez-vous face à la perspective de nouveaux référendums sur l’appartenance à l’UE dans d’autres pays d’Europe ?

L’UE n’est pas réformable et je pense qu’il n’existe pas d’autre solution que sa dissolution. Une vraie refondation de l’Europe signifie briser la cage de fer de l’austérité perpétuelle et du néolibéralisme autoritaire, et cela passe par une rupture avec la machinerie institutionnelle de l’UE. Il faudra donc jouer le jeu des référendums, tout en empêchant les forces de la droite xénophobe et nationaliste de gagner l’hégémonie et de dévoyer la révolte populaire. La gauche de la gauche a pris beaucoup de retard, mais elle ne peut plus penser qu’elle parviendra, sans rupture avec l’UE, à changer le rapport de force à l’intérieur d’une machinerie spécialement conçue pour empêcher toute divergence, et face à un rouleau compresseur dont on a vu comment il a pu écraser la Grèce.



Modifié 3 fois. Dernière modification le 12:48 le 25/06/2016 par Al Ceste.
Par Al1

Re: Trouvé sur Médiapart

Merci Al Ceste.
Par Al Ceste

Re: Trouvé sur Médiapart

Ce qui est d’ailleurs paradoxal, parce qu’alors que le Front national a toujours su, en France, se parer d’un vocabulaire et d’atours pour « faire peuple », le UKIP incarnait, à l’origine, tout ce dont les classes populaires anglaises se sont toujours moqué : un côté vieillissant, anglican, traditionnel, classes moyennes coincées, 100 % blanches, le conservatisme de grand-papa en somme. On imagine la colère et le sentiment d’abandon qu’il a fallu pour qu’un tel parti ait pourtant réussi à capter le vote des classes populaires…

Pas de paradoxe : ça marche pareil avec le FN, dont la famille fondatrice et propriétaire est riche à millions et aucun de ses cacqiues ne mange à la soupe populaire. Et le sale patriarche a toujours su, pour sortir ses pires ordures, se parer d'un vocabulaire enrichi par de l’imparfait du subjonctif bien élitiste, voir comment Perraud Antoine le cuistre s'en sert pour mépriser, voir ci-dessous :

http://misentrop2.canalblog.com/archives/2016/05/13/33804737.html



Modifié 2 fois. Dernière modification le 13:27 le 25/06/2016 par Al Ceste.
Par Rahan33

Médiapart

ah, là c'est sûr, ça remonte le niveau ! Merci pour l'article de Médiapart !


Il va bien falloir qu'à "arrêt sur images", ils cessent de regarder la télévision. Plus personne ne la regarde d'ailleurs !
Par Cugel

Re: Médiapart

Sur le coup l'arrière-pays ne doit vous dire grand-chose à vous non plus, parce que j'ai comme une doute que plus personne ne regarde la télé dans ces contrées.

--
Par Al Ceste

Signé Hulot !

En choisissant de quitter la maison commune européenne, les Britanniques imposent un demi-tour à l’histoire. A leur propre histoire autant qu’à la nôtre à tous. Notre avenir collectif est désormais menacé de s’embourber dans un mouvement de repli souverainiste, derrière lequel avancent à peine masquées les pulsions nationalistes et les démagogies populistes, dont on sait trop à quelles conséquences meurtrières elles ont déjà conduit.

Ce vote est déchirant. Il exprime un choix de régression et d’enfermement, à rebours du futur. Il faut lucidement interpréter cette marche arrière comme une tentative de mise à mort de notre meilleur bien commun : la solidarité


Et dire que ces crétins de Verdâtres*, qui nous auront tout fait, rêvent d'en faire leur candidat !

* Pour paraphraser Clemenceau : l'écologie est trop sérieuse pour être confiée aux Verts. Je parle des politicards, bien sûr, pas de gens qui se battent à NDDL, à Bure, à Roybon etc.



Modifié 2 fois. Dernière modification le 13:36 le 25/06/2016 par Al Ceste.
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Signé Hulot !

il est marrant de hulot.

1) l'histoire va-t-elle toujours dans le bon sens? Osons poser la question au sujet de l'Allemagne de 1936.
2) l'Europe n'a pas grand chose de "Solidaire", pas plus qu'elle n'oeuvre au service du bien de ses peuples.
Par poisson

Re: Signé Hulot !

Le passé ne fait pas tellement peur, rien d'étonnant que l'on puisse voter l'esprit tranquille pour une régression de 40 ans en arrière.

Et le fait qu'un dirigeant du RU, qui est pour rester dans l'union européenne, utilise le référendum comme argument électoral, puis comme outil de négociation pour faire valoir sa position de force, avec des faux airs de "face je gagne, pile tu perds", n'est-ce pas franchement oppressif, puisque vous aimez les mots en if et en gras?

Je ne situe pas bien l'idéal européen que vous défendez. À quelle réalité correspond-il?
Par Trubli

Re: Signé Hulot !

Ah bon, il y aurait ainsi eu 40 ans de progrès ? Lesquels parce que je ne les vois pas moi ?
Par poisson

Re: Signé Hulot !

40 ans en arrière, ça allait mieux. Voilà ce que j'ai dit.

Je ne comprends pas votre question qui part d'une incompréhension flagrante de ma première phrase pourtant pas tellement ambigüe : on peut voter pour quelque chose qui nous fait retourner en arrière de 40 ans avec l'esprit tranquille, serein, pas inquiet, on serait content de retourner 40 ans en arrière. Comment le dire pour que personne ne comprenne à l'envers et croit que je dis le contraire?
Par Al Ceste

Re: Signé Hulot !

Je ne définis rien, là, c'est au dessus de mes compétences. Je ne fais juste que pointer le bisounoursisme de Mr Ushuaïa.

Quant à la réalité que je vois, avec la petite lorgnette, c'est celle d'une Europe qui se zombifie dans une mondialisation faussement émancipatrice : ce n'est pas la Chine ou l'Inde qui se libèrent et s'enrichissent, juste les plus riches encore plus riches.
Par poisson

Re: Signé Hulot !

Mon message s'est placé en dessous un message modifié en cours de rédaction du mien?
Bon je ne peux pas tout lire vos messages Al ceste, j'avais cru comprendre que vous étiez catastrophé du vote des anglais... Là je ne comprends plus rien: en cela vous êtes un troll, non?
Les changements de pseudo et les trop longs messages me retourne le cerveau plus vite qu'en le disant.
C'est le moment où je me dis qu'il faut que j'arrête un peu le forum!
Annonce aux lecteurs peu probables mais on ne sait jamais: Ne cherchez pas à comprendre ce que j'ai écrit.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 15:46 le 25/06/2016 par poisson.
Par Al Ceste

Re: Signé Hulot !

Reposez-vous bien et revenez-nous !
Par cécile clozel

Re: Signé Hulot !

c'est que c'était une citation, pas le point de vue d'Al Ceste ! (des guillemets au début auraient été bienvenus)
Par Robert.

inimitable !

Vous pouvez suivre le conseil d'Al Ceste ci-dessus mais si, comme son auteur, vous revenez en changeant de pseudo, on vous reconnaîtra.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 16:47 le 25/06/2016 par Robert..
Par Hélène Brajou

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Les anglais (et non les britanniques) ont rejeté une forme d'Europe qui ne les satisfait pas. Peut-être ont-ils eu marre de cet équilibre dedans/dehors-dehors/dedans, voyant en outre que toute forme de décision leur échappait. Ce qui le cas...
Cette décision est au moins - et au mieux - un socle à partir duquel, et je l'espère, le fondement d'une nouvelle Europe sera définie. Et acceptée.

Il n'est pas non plus indifférent que les modalités de "sortie" de l'Union Européenne aient été définies dans ce fameux Traité de Lisbonne, refusé par de nombreuses nations. Avec un déni de démocratie évident, et dont "l'Europe" s'est moqué.

Les "dirigeants" de l'Europe ont bien pris soin d'être des "irresponsables juridiques" (cf. Traité de Maastricht). Les décideurs européens (personnalités administratives, chefs d'Etats, ministres) feraient mieux d'écouter les citoyens plutôt que leurs "amis" économiques ou financiers.
Ce que l'Europe a exigé de la Grèce, l'exigera-t-elle de l'Angleterre ?

Le dedans-dehors anglais se finira-t-il par un dehors-dedans ?

Tant mieux pour les anglais, tant pis pour les anglais.
Et vive l'indépendance de l'Ecosse !
Par Cugel

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Citation:
Les anglais (et non les britanniques)

Les gallois apprécieront de se faire traiter d'anglais !

--
Par Trubli

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Citation:
Et vive l'indépendance de l'Ecosse !


l'Ecosse ne partira jamais.

La richesse de l'Ecosse est fondée sur les hydrocarbures. Le jour où il n'y en aura plus ils seront bien contents de pouvoir aller travailler en Angleterre ou de profiter de la solidarité de ces derniers. Alors que dans l'UE le jour où une nation est faible et bien on l'écrase !
Par Winston Smith : misanthrope

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Mais c'est tellement bon d'écraser les faibles !
Par Cugel

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Pour rappel, si les anti-indépendance ont gagné le référendum de 2014 c'est en grande partie grâce aux menaces qui ont été faite à l'Écosse de ne pas être acceptée dans l'UE en cas de scission. Pas sûr que ce moyen de pression marche aussi bien la prochaine fois.

--
Par Al Ceste

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Je serais écossais je voterais pour l'indépendance.
Par Pierre38330

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

S'il faut trouver une seulle certitude, c'est que dorénavant, les petits bras du capital qui nous gouvernent auront l'explication à toutes leurs erreurs.
Le chômage ? : Brexit ; la croissance ? : Brexit ; la pollution ? : Brexit etc.

Après Jeanne d'Arc Trafalgar, Waterloo et Mres El Kebir, la perfide Albion a encore frappé.
Par Faab

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Et en face, on risque d'entendre comme solution miracle à tout : vive l'Angleterre ! Frexit !
En tout cas, espérons une sortie rapide du Royaume-Uni, qu'on voit si ça change grand chose (j'ai des doutes...).



Modifié 1 fois. Dernière modification le 20:48 le 25/06/2016 par Faab.
Par Robert.

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne. Un peu plus de la moitié des britanniques ont voté pour, un peu moins contre. Probablement que presque tous, qui se sont séparés sur une question fermée, en vivront les conséquences de façon solidaire. Je n'aime pas la jouissance sadique de ceux qui disent : « vous l'avez voulu, sortez vite maintenant » pour se donner l'illusion qu'ils peuvent organiser aujourd'hui ce qu'ils n'ont su maîtriser hier.
Par Pierre38330

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Je n'aime pas la jouissance sadique de ceux qui disent : « vous l'avez voulu, sortez vite maintenant » pour se donner l'illusion qu'ils peuvent organiser aujourd'hui ce qu'ils n'ont su maîtriser hier.

Moi non plus, je n'aime pas et nous ne sommes pas seuls.

De plus en plus, l'europe apparaît comme un caprice d'enfants gâtés mus soit par la peur de l'ogre, soit par l'appât des sucreries (ou la peur d'en être privés).
Par Pierre38330

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Je viens de parcourir la presse anglaise.
Il en sort une certitude. L'Europe est un jeu qui se joue à 28 ou 27 ou plus ou moins.
Mais à la fin, c'est Corbyn qui perd.
Et je crois que si cela se produisait en France, on pourrait faire bis repetita. En remplaçant Corbyn par la gauche, la vraie gauche.
Par cyril

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

Est-ce que vous appelez ça un article?
D'abord il faudrait cesser de copier des twittes, les twittes c'est le degré zéro de l'information. N'êtes-vous donc pas capable de faire un résumé et une analyse?
Ensuite, c'est quoi les médias traditionnels selon vous? est-ce que c'est la télé? la radio? les journaux? les magazines? Et pourquoi ce ne serait pas vous? Les médias qui tapent sur les médias, n'est-ce pas le chat qui se mord la queue? On ne peut pas dire que les tabloids sont des médias traditionnels, et pourtant ils ont joué un rôle important dans le Brexit. Si vous entendez par médias traditionnels toute cette flopée de pseudo-journalistes qui ne font que du sensationnel ( et vous en faites aussi), alors vous ne devriez pas dire médias traditionnels mais parler de prétendus médias.
Enfin on aimerait que les journalistes (dont apparemment vous prétendez faire partie) prennent des positions franches. Oui l'Europe il faut la sauver (peut-être d'elle-même), parce qu'on y croit! L'Europe c'est la paix, c'est la sécurité. Les anglais ont sonné le tocsin, oui, car l'Europe est en danger, et ce n'est sûrement pas le moment de faire de l'humour (les rois de l'humour n'ont effectivement plus que ça pour se consoler).
Alors messieurs et mesdames les journalistes, utilisez votre carte de presse pour autre chose que pour les cocktails et réveillez-vous bon sang! Parce que vous aussi vous tergiversez sur des concombres; est-ce qu'untel a bien dit ce qu'il voulait dire ou l'a-t-il dit pour piquer des voix à l'autre? Mais on s'en fiche! Est-ce que c'est ça arrêt sur image? Des commérages?
Par exemple? Et bien parlons de la finance. C'est une évidence qu'il faut une taxe sur les transactions financières, enfin une taxe qui ne pénalisera pas le quidam moyen (je ne suis pas économiste mais j'ai cru le comprendre, je peux me tromper), et bien qui martèle ça? Marine Le Pen. Mais au lieu de dire qu'elle a raison sur ce point, vous dites qu'elle surfe un sentiment anti-trust. Voilà dans quel bourbier on est, et donc, on peut penser par ricoché que vous n'êtes pas forcément pour une taxe sur les transactions financières - parce que vous êtes bien lotis - etc... etc... Vous voyez, ça va très vite.
Merci de votre attention.
Par abracadabra

Re: Brexit : s'il faut trouver une seule certitude...

A force de lire le Monde (entre autres) on avait fini par croire que tous les Anglais regrettaient d'avoir voté le Leave :

[www.lemonde.fr]
Désolé, seuls les utilisateurs connectés peuvent envoyer des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour se connecter

Remonter en haut de page