Suivons ensemble la présidentielle de toutes les surprises. Déjouons les propagandes insidieuses des éditocrates. Ecoutons ceux qui n'ont pas la parole. Surveillons les disparités de temps de parole

Publié le 27/02/2017  Alimenté le 27/04/2017
Hamon sable
chronique du par

Le mini Baden Baden de Fillon

Une page d'Histoire, pour faire concurrence . Le 29 mai 1968

à Mathilde Larrère, après un mois de barricades et de pavés, le général de Gaulle disparut. C'était un mercredi matin, jour du Conseil des ministres. Ni le Premier ministre Pompidou, ni ses conseillers, ni personne, ne savaient où il était parti. En panique, on appela Colombey : il n'était pas à Colombey. Quelques heures durant, coururent les rumeurs les plus folles, de démission, ou de coup d'Etat militaire. Il reparut le soir. Après de longues années de recherches et de controverses, on s'accorde aujourd'hui à considérer que le Grand Homme avait simplement eu une sorte de coup de mou. Il était allé se réconforter à Baden Baden, auprès d'une sorte de nounou en uniforme et képi, nommée Jacques Massu, général, par ailleurs commandant les forces militaires françaises en Allemagne. Cette spectaculaire disparition réveilla la "majorité silencieuse", et c'en fut fini de Mai 68 (je résume, bien sûr).

Consciemment ou inconsciemment, c'est peut-être une sorte de mini Baden Baden qu'a tenté hier Fillon, dans le cadre plus limité du quartier de la Porte de Versailles (Paris), annulant sans explications sa visite au Salon de l'Agriculture, et faisant courir, une matinée durant, dans la volière médiatique, les rumeurs les plus folles (un remplacement par Baroin, imaginez). Bien joué. Les télés et la presse auraient pu titrer sur les prochaines mises en examen de François et Penelope Fillon. ils titreront sur "l'assassinat politique" dénoncé par le candidat en perdition. Comment s'est...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Le jour où Macron a évité la débâcle

chronique publié(e) le 27/04/2017 chez les matinautes

Ce moment, hier à la mi-journée, où un silence de mort a écrasé notre petite équipe. Ce moment où l'écran partagé de BFMTV montrait un Macron attablé dans une salle demi-vide avec des hiérarques syndicaux, tandis que Marine Le Pen enchainait les selfies souriants avec des ouvrières, sur ...

nouveau media

Hollande, la photo était fausse, mais juste

chronique publié(e) le 26/04/2017 chez les matinautes

Cette photo, de François Hollande prenant connaissance des résultats du premier tour, a fait le tour des réseaux sociaux, comme on dit.   Si elle frappe immédiatement, ce n'est pas par son contenu informatif. Le président, immobile, a regardé les résultats à l'Elysée, dans son bureau. Le ...

nouveau media

La peste et le burn out

chronique publié(e) le 24/04/2017 chez les matinautes Article temporairement gratuit

Evacuons d'abord l'accessoire, l'amère satisfaction de voir Fillon renvoyé en son manoir. Il faut bien se chercher des consolations. Mais amère, oui, la consolation. Car il s'est tout de même trouvé un électeur sur cinq pour donner sa voix à l'homme des costumes offerts, des attachés ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

La peste et le burn out

Message de Picardie à l'attention du PS Je ne crois pas que vous puissiez imaginer à quel point je vous en veux, à quel ...

Par CecileSvéa
le 24/04/2017

La peste et le burn out

"Quelle triste sortie, après une si belle, si courageuse campagne !" Pourquoi écrire cela après la défaite ? Vous l'avez ...

Par DanetteOchoc
le 24/04/2017

La peste et le burn out

Non, Daniel, c'était impossible, impensable, que Mélenchon donne une consigne de vote. J'écris ici en "Insoumise" de longue ...

Par anneguiriec-010126 anneguiriec
le 24/04/2017
Tous les forums >