Chez les matinautes

Chaque matin du lundi au vendredi, si possible à 9 h 15 précises, Daniel Schneidermann publie cette chronique sur les dominantes médiatico-numériques du matin. Ou parfois de la veille au soir (n'abusons pas des contraintes).

notaire
chronique du par

Le tabou que Copé n'attendait pas

Une demi-seconde de silence. Pas davantage.

Mais une demi-seconde qui en dit long. Sur France Inter, Patrick Cohen et Jean-François Copé, briseur de tabous à l'UMP, débattent fiscalité (et serpent de mer). Faut-il supprimer l'ISF, ou simplement le réformer, comme vient de le proposer Baroin ? Copé, machinal, dans ses rails, sort de sa manche l'une des pistes des "réformateurs" de l'ISF: l'exonération de la résidence principale. Argumentaire mille fois entendu. Eléments de langage rodés, de matinale en matinale. Copé: "quand vous êtes propriétaire de votre logement, ça ne vous rapporte pas d'argent". Cohen: "sauf que vous économisez les loyers que vous ne payez pas". Copé, toujours dans ses rails: "mais vous avez fait un emprunt pour l'acheter, votre logement. Et donc, vous payez les traites". Cohen, du tac au tac: "sauf quand vous l'avez hérité".

Et là, une demi seconde de silence. Peut-être moins. Et Copé, manifestement pris de court, dégaine l'ironie ravageuse: "oui Karl Marx disait ça très bien. Vous avez tout à fait raison. On peut supprimer l'héritage". Etc. Pour avoir simplement évoqué la réalité, contredit l'argumentaire, voilà Cohen renvoyé dans l'enfer de l'archaïsme marxiste. Mais comment a-t-on idée, en 2011, de mettre en cause l'héritage ?

Une demi-seconde de blanc, pas davantage, mais qui soudain permet d'effleurer l'impensable: la locomotive, un bref instant, est sortie de ses rails. Aussi énorme que ça paraisse, Copé n'a pas de réponse toute prête au sacrilège que vient de commettre...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Les incontournables

Commentaires d'utilité publique

Les hyper-bons points éclipsent l'hyper-procès

Effectuons ensemble une expérience scientifique. Prenez un ballon de football. Pas forcément un tout neuf, tout ...

Par Benoît L.
le 08/01/2009

La vraie victime de l'incident irlandais

Ayant vécu à Dublin pendant 1 an, je suis particulièrement agacée par le traitement dont font objet les Irlandais... ...

Par chachoumiaou
le 16/06/2008
Tous les forums >