Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Todd / abstention : Macron (et d'autres) réagissent

Par le - 17h07 - suivi

"Il n'y a pas de hiérarchie dans l'inacceptable entre Le Pen et Macron, entre la xénophobie et la soumission aux banques". C'est ce que déclarait Emmanuel Todd, vendredi 28 avril, sur notre plateau. Une phrase reprise notamment par le faux compte Twitter de Todd, dont nous vous parlions ici. Mais aussi par le journaliste Jean-Jacques Bourdin, qui n'a pas cité sa source.

Bourdin interviewait, en effet, mardi matin sur BFMTV, Emmanuel Macron. Et le candidat d'En Marche n'a visiblement pas apprécié d'avoir été mis sur le même plan que Marine Le Pen par l'historien : "Il y a des gens qui perdent leurs repères dans ces périodes, c'est classique. Il fait partie de ces gens-là, je suis triste pour lui", s'est-il agacé. Avant de rétorquer : "Je ne suis pas soumis aux banques. Si j'étais soumis aux banques, j'aurais continué à travailler pour elles", a-t-il ajouté, dénonçant plus loin des "insultes" à son égard.

Macron n'est pas le seul mécontent : Todd a eu les honneurs de France Culture mardi 2 mai. Dans sa chronique matinale, le matinalier Guillaume Erner s'en est pris lui aussi à la position de l'historien, citant une autre de ses déclarations: "Je prends le risque, je vais m'abstenir dans la joie". Sans mentionner, non plus, notre émission lors de sa chronique radio (la mention a été rajoutée dans la transcription écrite disponible sur le site), Erner voit dans "cette nouvelle forme de pari, qui correspond à une nouvelle forme d'abstention", "l'envers du vote utile, lequel vote utile consiste à oublier quelque peu ses vraies convictions pour assurer la victoire du moindre mal, ou du moindre pire. Là, il s’agit au contraire de déléguer la politique du moindre mal à d’autres, en imaginant que les autres seront suffisamment rationnels, adultes raisonnables ou prêts à se compromettre pour ne pas voter n’importe quoi".

Pour Le Monde, la position de Todd s'inscrit en réalité dans un contexte plus global d'intellectuels pour qui "le vote pour bloquer le FN ne va plus de soi". Citant, cette fois-ci, notre émission du 28 avril, le quotidien reprend les déclarations de Todd, qui expliquait que "voter Front National, c'est voter xénophobe. Mais pour moi, voter Macron, c'est l'acceptation de la servitude". Pour Le Monde, les déclarations d'intellectuels se disant prêts à s'abstenir "sont des signes manifestes de trouble, voire de craquement par le haut".

L'occasion de voir notre émission : "Todd : Je prends le risque. Je vais m'abstenir dans la joie"


Abonnez-vous !
|