Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Non-mixité : "Dans une assemblée syndicale, on n'invite pas le patron" (Hors-Série/Dupuis-Déri)

Par le - 12h41 - Hors Série

Vive la non-mixité ! Françis Dupuis-Déri, professeur québécois en sciences politiques et auteur de l'ouvrage La peur du peuple (Lux Editeur, 2016), était l'invité de Hors-Série pour évoquer la renaissance des mouvements citoyens militants. Il revient notamment sur les assemblées non-mixtes, à l'exemple des assemblées féministes non-mixtes de Nuit Debout, fortement critiquées à l'époque.

Depuis-Déri insiste sur l'importance de tels groupes non-mixtes. "Dans l'histoire occidentale, les groupes subalternes ont toujours fait ça", explique-t-il. A l'exemple des syndicats : "Dans une assemblée syndicale, on n'invite pas le patron pour voter avec nous", s'amuse-t-il. D'ailleurs, si la non-mixité est nécessaire pour réfléchir aux rapports de force entre différents groupes, cela n'empêche pas ensuite les alliances et les coalitions, explique encore Dupuis-Déri, à l'occasion par exemple de "manifestations unitaires".

Par ailleurs, tout le monde ne peut pas participer à tous les mouvements : "Il faut parfois réfléchir aussi à notre propre positionnement", insiste Dupuis-Déri, qui prend son propre exemple. En tant que professeur, il ne se rendrait pas à des rendez-vous militants où il pourrait se retrouver à discuter avec certains de ses étudiants, car alors, en tant que "dominant", il ne serait "plus du tout dans un rapport égalitaire". Cette (auto-)exclusion de groupes non-mixtes n'est cependant pas forcément négative : "Si on reproche aux autres de vouloir se retrouver parfois en non-mixité, je pense qu'il faut se demander pourquoi on voudrait être tout le temps partout", conclut-il.

Pour voir l'émission de Hors-Série dans son intégralité, c'est par ici : "La peur du peuple"


Abonnez-vous !
|