Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Sketches sur l'équipe Trump au Saturday Night Live

Par le - 09h46 - vidéo

L'administration de Trump, version alternative. Samedi dernier, la comédienne américaine Melissa McCarthy a une nouvelle fois investi le plateau du Saturday Night Live, l'émission satirique de la chaîne NBC, avec sa caricature de Sean Spicer, porte-parole de la Maison Blanche. Applaudie par les médias et les rires du public, la parodie a moins plu à Trump qui n'apprécierait pas que son porte-parole soit interprété par une femme.

La mèche grise sur le côté, un costume mal taillé mais impeccablement repassé. Samedi 4 février, l'actrice américaine Melissa McCarthy était méconnaissable sur le plateau de l'émission américaine du Saturday Night Live, programme phare de la chaine NBC qui mélange sketchs humoristiques et séquences musicales depuis quarante-deux ans. Derrière un pupitre presque aussi grand qu'elle, la comédienne, déguisée ce soir-là en Sean Spicer, porte-parole de la Maison Blanche, se lance dans une parodie de la conférence de presse du conseiller politique du 21 janvier dernier. Au lendemain de l'investiture de Donald Trump, il s'en était pris aux journalistes pour avoir minimisé le nombre de personnes venues assister au discours de leur nouveau président. Il avait alors affirmé, sans fournir d'éléments concrets : "Ce fut la plus grande foule jamais vue lors d'une investiture, point barre."

McCarthy SNL

Résultat : dans son sketch, McCarthy le dépeint comme un fou furieux, agressif avec les journalistes et en mangeur de chewing-gum compulsif, en rapport à la consommation extraordinaire qu'il en fait dans la vie de tous les jours. Le résultat est sans appel : le public s'amuse et en redemande. La presse, elle, s'enthousiasme, jusqu'à récompenser l'actrice de 46 ans du titre de "meilleure chose vue au SNL depuis des années". Samedi soir dernier, la comédienne a récidivé. Elle a revêtu ses habits de porte-parole de la Maison Blanche pour un second sketch, encore plus caricatural. Spicer/McCarthy s'en est cette fois pris physiquement aux journalistes, en tentant de leur "rouler" dessus avec son pupitre. Illustration, avec humour, des relations tendues entre le conseiller de Trump et les journalistes.

Sean Spicer version NBC

Depuis plusieurs semaines, le Saturday Night Live caricature chacun des membres de son administration. Kelyanne Cownway, Steve Bannon, et maintenant Sean Spicer : tous ses conseillers y passent. Donald Trump, lui-même, n'a pas été épargné. Alors qu'il s'est déjà rendu à deux reprises sur le plateau de l'émission, en 2004 et 2015, il a témoigné en décembre dernier de son aversion pour le programme télé après une imitation de lui par l'acteur Alec Baldwin : "J'ai essayé de regarder 'Saturday Night Live', impossible ! Complètement orienté, pas drôle et l'imitation par Alec Baldwin ne pourrait pas être pire. Triste."

D'après le site d'information Politico, Trump n'aurait pas apprécié l'humour des sketchs de McCarthy. Non pas pour l'agressivité du personnage, mais pour le fait qu'il soit interprété par une femme. "Trump n'apprécie pas que ses proches paraissent faibles", explique l'un de ses collaborateurs à Politico.

Pas de quoi faire peur aux équipes de NBC à priori : les producteurs révèlent vouloir renouveler entièrement le casting pour n'avoir, au final, que des femmes. Leslie Jones serait ainsi susceptible de remplacer Alec Baldwin dans son imitation du président et l'actrice Rosie O'Donnell est pressentie pour jouer le rôle de Steve Bannon, conseiller en stratégie de Trump et co-fondateur du site néo-conservateur Breitbart, dont @si vous parlait ici. En attendant le prochain tweet du président des États-Unis ?

(Valentin Etancelin)


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Trump, une présidence gold premium

nouveau media

Trump : impossible ici, vraiment ?

chronique publié(e) le 16/05/2017 chez les matinautes

Depuis qu'il a surgi dans le champ de vision du journalisme politique et diplomatique, chacun pressent que le problème Trump dépasse les catégories habituelles de ces nobles corps de métier. Tenter de comprendre les actes de Trump sous l'angle de la stratégie politique mène dans une impasse. ...

nouveau media

Rencontre Trump/Lavrov : les medias US furieux d'avoir été évincés

Cachez cette poignée de main que je ne saurais voir

observatoire publié(e) le 13/05/2017 par Robin Andraca

La rencontre entre le ministre russe des Affaires étrangères et Donald Trump devait rester discrète. C'est raté. Alors que la visite s’est déroulée à huis clos, sans aucun journaliste, les photos de cette rencontre ont ensuite été postées sur le net par le ministère russe des Affaires ...

nouveau media

Limogeage du patron du FBI : comment les réseaux sociaux transforment une affaire d'Etat en gag

Cache-cache, couacs et Reddit

observatoire publié(e) le 12/05/2017 par Capucine Truong

Ça aurait dû être une affaire d'Etat grave et sérieuse. Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a limogé le directeur du FBI, James Comey, chargé d'une enquête sur les liens que ledit président aurait pu avoir entretenu, pendant sa campagne, avec le pouvoir russe. L'annonce, qui a fait l...

Tous les contenus de ce dossier >