Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Le producteur du "Zapping" licencié pour "faute lourde" ?

Par le - 17h42 - suivi

On ne se moque pas de Bolloré. Selon le site Les Jours, Patrick Menais, producteur du Zapping, qui a passé l'année à critiquer en creux son patron, a reçu vendredi 8 juillet une convocation à un entretien préalable à un licenciement pour "faute lourde".


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Eté meutrier à Canal+, saison 2. Selon les informations du site Les Jours, confirmées par Le Monde, le producteur du Zapping, Patrick Mesnais, a reçu, ce vendredi, une convocation à un entretien préalable au licenciement, pour "faute lourde".

Le Zapping aurait-il trop critiqué son patron ? La chaîne, en tous cas, avance un autre prétexte à son licenciement pour faute lourde. "Selon la chaîne, M. Menais a déposé en son nom propre, à l’INPI, les noms « Le Zapping » et « L’Année du Zapping ». Deux appellations jugées constitutives du patrimoine de Canal+. Il est donc reproché à celui qui est salarié de la chaîne de chercher à se les approprier", écrit Le Monde.

Dès le 27 juin, lors d'une conférence de presse organisée pour présenter le "nouveau Canal", la direction de la chaîne avait annoncé que le Zapping ne serait pas reconduit à la rentrée, au motif que le format n'était pas, selon elle, "différenciant."

Tout au long de la saison, le Zapping n'a surtout pas ménagé son patron, actionnaire de référence de Vivendi. En reprenant, notamment, début octobre, de larges extraits d'un documentaire sur le Crédit Mutuel censuré par Bolloré, diffusé la veille sur France 3. En avril 2016, le Zapping s'était aussi fait remarquer en compilant les extraits les plus critiques d'un numéro de Complément d'enquête consacré à Bolloré.

Zapping du 8 octobre 2015

Zapping du 8 avril 2016

Dès le mois de mars 2016, le Canard Enchaîné affirmait que Menais se trouvait dans la "liste noire" de Bolloré, aux côtés de Jean-Baptiste Rivoire, rédacteur en chef adjoint de Spécial Investigation (dont l'émission est aussi supprimée), venu dresser en février 2016 sur notre plateau la liste des sujets interdits sur la chaîne de Bolloré.

"A l’automne, Patrick Menais était devenu représentant syndical (CGT) de Canal+", précise Le Monde. "Son statut de salarié protégé suppose une enquête de l’Inspection du travail dans le cadre de la procédure de licenciement – une complexité qui ne semble pas, pour le moment, dissuader la chaîne."


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Bolloré, le patron aux grands ciseaux

Tweet Bastamag relaxe

Bolloré / diffamation : relaxe Bastamag confirmée en appel

suivi publié(e) le 10/02/2017 par la rédaction

Relaxe confirmée pour Bastamag face au groupe Bolloré. Le site indépendant était poursuivi en diffamation par le groupe pour un article, paru en octobre 2012, sur l'accaparement des terres par l'industriel en Afrique et en Asie. La relaxe de Bastamag (ainsi que de Rue89 et de deux blogueurs ...

nouveau media

Fillon : la folle matinée où iTELE a cessé d'être une chaîne d'info

Nedjar : "On enlève des JT tout ce qui concerne l'affaire Fillon" (Les Jours)

observatoire publié(e) le 27/01/2017 par Matthieu Beigbeder

Le 25 janvier, l'espace de trois heures, l'affaire Penelope Fillon a disparu d'iTELE. La faute au directeur de la chaîne, Serge Nedjar, selon Les Jours, qui aurait ordonné à ses (minces) équipes d'enlever des JT tout ce qui concernait l'affaire Fillon, sous couvert de présomption d'innocence (...

Info Cameroun plainte

Cameroun : un employé de plantation attaque Bolloré pour "diffamation"

Nouveau rebondissement dans l'affaire qui oppose le patron de Vivendi à "Complément d'enquête"

suivi publié(e) le 14/01/2017 par Juliette Gramaglia

Les plantations de palmiers dont Vincent Bolloré est actionnaire emploient-elles des enfants ? C’est ce que semblait montrer un reportage de Complément d’enquête diffusé sur France 2 en avril dernier. Alors que Bolloré a multiplié les plaintes contre la chaîne et ses journalistes, l’un ...

Tous les contenus de ce dossier >