Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Wall Street préfère Clinton à Trump (Wall Street Journal)

Par le - 20h51 - suivi

Clinton, candidate préférée de Wall Street ? Alors que Bernie Sanders tacle depuis des mois l'ancienne secrétaire d'Etat sur ses liens avec le monde de la finance, le Wall Street Journal a épluché les comptes de campagne de la candidate. C'est un fait : Wall Street donne beaucoup plus à Clinton qu'à l'ensemble des autres candidats (Trump y compris).


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Wall Street Journal, 08/05/2016

Clinton plus populaire que Trump auprès des financiers de Wall Street ? C'est la conclusion du Wall Street Journal (WSJ), qui a épluché les comptes de campagne des candidats, côté démocrates et républicains. "L'analyse des comptes de campagne montre que les donateurs de Wall Street ont changé leur fusil d'épaule, passant des candidats républicains qui ont abandonné la course, comme l'ancien gouverneur de Floride Jeb Bush ou le sénateur de Floride Marco Rubio, à Madame Clinton", écrit le quotidien économique.

Wall Street qui sponsorise la campagne d'un candidat à l'élection présidentielle ? Ce n'est pas une surprise : aux Etats-Unis, où les dépenses ne sont pas plafonnées, les campagnes des candidats bénéficient d'aides publiques et privées. Mais jusque-là, les marchés avaient plutôt tendance à privilégier le parti républicain. Comme le rappelle le WSJ, en 2012, Wall Street avait investi 90 millions de dollars dans la campagne américaine, et environ trois plus fois plus sur Mitt Romney que Barack Obama.

Pourquoi, dès lors, les marchés ne se tournent-ils pas vers Trump ? "Ils connaissent bien Hillary. Ils savent qu'elle n'est pas anti-marché. Au contraire, il y a beaucoup de choses qu'ils ignorent à propos de Trump", répond le lobbyiste américain Ed Rogers, interrogé par le WSJ, alors que la candidate est régulièrement interpellée sur ses conférences rémunérées pour Goldman Sachs en 2013 (dont elle n'entend pas publier les retranscriptions).

Plus embêtant encore pour Trump : certains donateurs de Wall Street, qui dans un premier temps soutenaient le candidat républicain, se sont depuis repliés vers Clinton. C'est le cas par exemple de Ralph Herzka, "outé" par le WSJ. Directeur et fondateur d'une entreprise spécialisée dans le conseil en investissement, Meridan Capital Partners, Herzka donnait il y a jusqu'à peu à Trump. Il a désormais rejoint le camp Clinton (mais a refusé d'expliquer au WSJ pourquoi).


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Elections US 2016 : Trump, Clinton et...Wikileaks

nouveau media

Peter Thiel, le (seul) patron de la Silicon Valley qui soutient Trump

Le co-fondateur de PayPal dans l'équipe du nouveau président

observatoire publié(e) le 15/11/2016 par Robin Andraca

Il estime que la liberté et la démocratie sont incompatibles, est un pur produit d'une Silicon Valley très majoritairement démocrate, mais vient d'être nommé dans l'équipe de transition de Donald Trump. Qui est le co-fondateur de PayPal, Peter Thiel, qui siège au conseil d'administration de ...

roulette russe

Trump : une roulette américaine

chronique publié(e) le 08/11/2016 chez les matinautes

Chercher désespérément une radio du matin qui ne diffuse pas en boucle la bande-annonce de l'information de demain. Quasi-renoncer devant la difficulté, tant les cadors habituels des Matinales ont tous, comme un seul homme, délocalisé à New York leurs voix ensoleillées. Se rabattre sur ...

Spiegel boue

Présidentielle US : sur Fox, CNN et Wikileaks

chronique publié(e) le 07/11/2016 chez les matinautes

Si l'on ne connait pas encore le vainqueur, on connait déjà le vaincu de la présidentielle américaine : la confiance dans la démocratie, cette vieille lune du suffrage universel, éclairé par un débat public loyal dans les medias, pour désigner les dirigeants d'un pays. De bout en bout, ...

Tous les contenus de ce dossier >