Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Pesticides : bataille de chiffres entre Libé et Cash Investigation

Par le - 18h47 - suivi

Jeu, set et match pour Libération ? Accusé par la rubrique "Désintox" de Libération d'utiliser des chiffres "bidon" sur les pesticides dans son émission du 2 février 2016, Cash Investigation s'était déjà défendu. Insuffisant pour Libé, qui publie aujourd'hui un nouvel article, chiffres à l'appui, intitulé : "Cash Investigation a toujours tort".


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Libe.fr, 17/02/2016

La bataille de chiffres continue, après la diffusion mardi 2 février, d'un numéro de Cash Investigation intitulé "Produits chimiques : nos enfants en danger". Dans le premier épisode, Libé avait relevé une "grosse confusion" dans les chiffres de France 2. L'émission affirmait, à plusieurs reprises, que 97% des denrées alimentaires contenaient des résidus de pesticide. "Bidon" pour la rubrique "Désintox" de Libé qui est retourné voir le rapport, publié en 2013, par l'Autorité européenne de sécurité alimentaire (Efsa), sur lequel se base l'équipe de Cash.

Le rapport explique bien que plus de 97 % des aliments contiennent des résidus de pesticides, mais "dans les limites légales". Ce que ne précise pas Cash, et qui change tout selon Libé : "En fait, l’étude écrit clairement dès son introduction que 97,4 % des échantillons ne dépassent pas les limites de pesticides autorisées par l’UE (maximum residue level, MRM) alors que 2,6 % les dépassent". Plus loin dans le rapport, on découvre aussi que dans ces 97%, on trouve 54,6 % ne contenant "aucun résidu [de pesticide] détectable".

En réponse, l'émission assure, sur le site de son producteur Premières Lignes, que ces 54,6% d'aliments sans résidus détectables contenaient en réalité des pesticides mais dans des quantités non mesurables. Cette défense ne tient pas la route pour Libé qui revient à la charge avec un nouvel article intitulé : "Cash Investigation a toujours tort". "Martin Boudot se trompe. Dans les 54,6%, il y a bien certains aliments qui présentent des traces de pesticides en quantité tellement infimes qu’on ne peut pas les quantifier… mais il y en a aussi, contrairement à ce qu’il affirme, qui n’ont donné lieu à aucune détection du tout."

L'étude de 2012 qui change tout ?

Une bataille de chiffres difficile à arbitrer, d'autant que toutes les études citées, et par Cash et par Libé, s'appuient sur la limite de quantification, sous laquelle les aliments sans aucune trace de résidu détecté sont rangés avec ceux dans lesquels ont été détectées des traces inquantifiables. Pour enfoncer le clou, les journalistes de "Désintox" dégainent une autre étude, datant de 2012 : celle de la Direction Générale de l'Alimentation (DGAL) qui, jusqu'à cette date, effectuait des analyses plus poussées, permettant d'aller au-delà de cette fameuse "limite de quantification".

Que disent les chiffres de la DGAL, exhumés par Libé pour l'occasion ? 10% des échantillons examinés ont été jugés "non conformes" (dépassant les limites légales autorisées), 38% contenaient des résidus "quantifiables dans les normes", 5% contenaient des traces de résidus "non quantifiables" et... 47% n'ont donné lieu à aucune détection de résidus.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Les chiffres de la DGAL, exhumés par Libé (2012)

53% et non 97 donc ? "Désintox ne déduira pas que 47% des végétaux en général ne contiennent aucun résidu, parce que ces chiffres de la DGAL valent pour une année donnée, et dépendent aussi de l'échantillonnage. Toutefois, il est probable que cet ordre de grandeur est plus réaliste que les 97% cités par Cash Investigation", écrit Libé, avant de conclure : "Comme quoi il est possible de relever des risques réels, sans faire dire n'importe quoi à des chiffres".


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Désintox, fact-checking : les détecteurs de mensonge

nouveau media

Macron / "mains sales" : l'intox s'inspirait du Gorafi (Le Monde)

lu publié(e) le 27/04/2017 par la rédaction

"Avec nos mains sales… Vous nous serrez la main Monsieur Macron, avec nos mains sales?" Voilà une remarque en forme de critique qu’a dû affronter à plusieurs reprises le candidat d’En Marche, hier. Lors de la folle journée qui l’a conduit à venir discuter avec les employés de Whirlpool...

nouveau media

Education aux médias : le "Classe Télé" d'@si fait des petits

enquête publié(e) le 04/04/2017 par Manuel Vicuña

Dans le sillage des "Classe Télé" d’@si, le Centre pour l’éducation aux médias et à l’information (CLEMI), rattaché à l’Education nationale, vient de lancer sur le web une série de vidéos pédagogiques à l’attention des profs de collèges et lycées. Objectif : apprendre aux ...

nouveau media

Mélenchon, la citation tronquée et les bulles

chronique publié(e) le 31/03/2017 chez les matinautes

Des effets pervers du fact-checking. Rectifier mensonges et intox, c'est très bien. L'inconvénient, c'est que la rectification colporte l'intox, même rectifiée, dans des sphères qu'elle n'avait pas atteintes jusque là à la seule force de ses petits bras. Un petit sondage : vous le saviez, ...

Tous les contenus de ce dossier >