Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Le secret du "miracle allemand" ? La rigidité (Duval/Alter Eco)

Par le - 17h16 - suivi

Une Allemagne de plus en plus protectrice, une France de plus en plus libérale. C'est le constat, contre-intuitif, du mensuel Alternatives économiques, qui se penche dans l'un de ses articles sur les indices de protection de l'emploi établis par l'OCDE.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Dépoussiérer, simplifier, amaigrir. Depuis quelques semaines, la cause semble entendue : il faut réformer le code du travail. "En trois mois, deux rapports et un livre auront imposé la réforme du code du travail comme seul horizon du débat" en France, observe Libération dans un instructif article. Les torts du marché du travail français ? Être "rigide", assurent régulièrement certains éditorialistes (par exemple ici sur BFM Business), au contraire de l'Allemagne qui a su libéraliser le sien ("Innovation et flexibilité du travail, clés de la compétitivité allemande", titrait par exemple La Croix dès 2012).

L'analyse du rédacteur en chef d'Alternatives économiques Guillaume Duval tranche avec cette idée. La clé du succès allemand, un marché du travail plus libéral qu'en France ? "Un tel diagnostic est pourtant erroné, si on en croit l’OCDE, le pourtant très libéral club des pays développés: le marché du travail allemand reste nettement moins flexible que son homologue français. Ce qui explique une part non négligeable des succès germaniques en matière d’emploi", relève Duval.

Pour appuyer son propos, Duval passe en revue les indices de protection de l'emploi établis par l'OCDE depuis 1985. Surprise : non seulement les salariés allemands en CDI ont toujours été mieux protégés du licenciement individuel que les Français, "mais on se rend compte aussi que l’écart ne cesse de se creuser: les salariés allemands sont en réalité de mieux en mieux protégés au fil du temps, tandis que les salariés français le sont au contraire de moins en moins." Et concernant les licenciements collectifs ? "Les entreprises allemandes doivent là aussi répondre à des conditions plus strictes que leurs homologues hexagonales", observe encore Duval.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

La protection de l'emploi en CDI face aux licenciements individuels
(source OCDE, infographie© Alternatives Economiques)

L'occasion de (re)voir Guillaume Duval dans notre émission de la semaine, sur la politique allemande d'accueil des réfugiés : "Migrants : « La droite française est plus xénophobe que la droite allemande»"


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Allemagne, épouvantail ou modèle ?

Spiegel Macron BFM

Macron, "l'ami qui nous coûte cher" ?

Réformes ou pas ? Le débat se poursuit dans la presse allemande

observatoire publié(e) le 16/05/2017 par Juliette Gramaglia

Aider ou pas la France ? Alors que la chancelière allemande Angela Merkel recevait lundi 15 mai Emmanuel Macron, pour son premier déplacement international depuis son élection, les journalistes économiques allemands débattent du bien-fondé des propositions de Macron sur l'Union Européenne. Et...

Handelsblatt critique Macron

La presse économique allemande aime Macron, mais...

...pas sa critique de l'Allemagne !

chronique publié(e) le 24/04/2017 chez Romaric Godin

Le Handelsblatt, journal "officiel" du monde des affaires outre-Rhin, s’est réjoui des résultats du candidat d’En Marche! Une semaine après lui avoir tapé sur les doigts pour avoir osé critiquer les excédents allemands. Depuis le début de la crise de l’euro en 2010, l’Allemagne pèse ...

AfD 630 quesitons

En Allemagne, le parti d'extrême droite AfD attaque l'audiovisuel public...

... en le noyant sous une avalanche de questions saugrenues

observatoire publié(e) le 28/11/2016 par Juliette Gramaglia

"Pourquoi et quand présente-t-on [une émission] devant ou derrière une table?" C'est ce genre de questions que le parti d'extrême droite allemande AfD a posé au gouvernement du Land de Saxe, dans l'Est de l'Allemagne. 630 questions sur la "radio-télévision de droit public" allemande qui ont ...

Tous les contenus de ce dossier >