Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Refugees welcome : d'où sort donc cette Allemagne ?

Par le - 09h16 - le neuf-quinze

Si on s'attendait ! Nos médias s'extasient, incrédules : il paraitrait que l'Allemagne accueille les réfugiés à bras ouverts. Il paraitrait que la Bild, la terrible Bild, aux couvertures persécutrices des Grecs dépensiers, lance une grande opération de solidarité avec les migrants (ou les réfugiés, comme on choisira de dire) qui déferlent sur le pays. "Wir helfen" : nous aidons. Il paraitrait que des banderoles Refugees welcome se déploient dans les tribunes des matches de foot, que des Allemands viennent dans les camps danser avec les réfugiés, ou partager des gâteaux. Il paraitrait que 60% des Allemands se déclarent prêts à accueillir, chez eux, un migrant. Mais d'où sort donc cette Allemagne ouverte et fraternelle, cette Allemagne inconnue ?

Bild wir helfen

Tous ces derniers mois, s'agissant de l'accueil des étrangers, l'image projetée par l'Allemagne fut celle du mouvement xénophobe Pegida : manifs devant les centres d'accueil, violences, rélents néo-nazis, décidement incorrigibles. Et voici que cette image s'inverse radicalement, faisant passer le discours officiel français, à son tour, pour rance et racorni. On se doute bien qu'il y a là, d'abord, un effet de loupe. Les caméras étrangères qui zoomaient hier sur Pegida auraient pu tout aussi bien zoomer sur les initiatives fraternelles. Et celles qui zooment aujourd'hui sur les banderoles des stades pourraient symétriquement rester sur Pegida, qui n'a pas disparu.

Comment le même pays, qui a souhaité acculer la Grèce au Grexit, qui enferme le continent entier dans la cage de fer d'une austérité budgétaire implacable, ouvre-t-il ses bras aux Syriens et aux Afghans ? Pas plus malin que les autres, le matinaute ne saurait prétendre avoir tout prévu ni tout compris. Tout juste peut-on esquisser une piste, à explorer : il faudrait essayer de concevoir que ces deux Allemagnes apparentes ne s'opposent pas, mais sont deux faces d'une même Allemagne, l'Allemagne de l'ordolibéralisme, ce libéralisme des bords du Rhin, né dans les années 30, et triomphant après la guerre, dont se déclarent aujourd'hui proches un Tusk ou un Schaüble. Dans ce système, il incombe à l'Etat de construire les structures de la libre concurrence, et de veiller à leur respect, au nom de principes moraux supérieurs dont il est le garant, le profit ne constituant pas une fin en soi. On ne dépense pas plus qu'on ne gagne, on ne triche pas sur ses comptes, et on accueille les migrants dans des conditions dignes, équitables, et...ordonnées : trois faces d'une même morale ?  


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Allemagne, épouvantail ou modèle ?

Spiegel Macron BFM

Macron, "l'ami qui nous coûte cher" ?

Réformes ou pas ? Le débat se poursuit dans la presse allemande

observatoire publié(e) le 16/05/2017 par Juliette Gramaglia

Aider ou pas la France ? Alors que la chancelière allemande Angela Merkel recevait lundi 15 mai Emmanuel Macron, pour son premier déplacement international depuis son élection, les journalistes économiques allemands débattent du bien-fondé des propositions de Macron sur l'Union Européenne. Et...

Handelsblatt critique Macron

La presse économique allemande aime Macron, mais...

...pas sa critique de l'Allemagne !

chronique publié(e) le 24/04/2017 chez Romaric Godin

Le Handelsblatt, journal "officiel" du monde des affaires outre-Rhin, s’est réjoui des résultats du candidat d’En Marche! Une semaine après lui avoir tapé sur les doigts pour avoir osé critiquer les excédents allemands. Depuis le début de la crise de l’euro en 2010, l’Allemagne pèse ...

AfD 630 quesitons

En Allemagne, le parti d'extrême droite AfD attaque l'audiovisuel public...

... en le noyant sous une avalanche de questions saugrenues

observatoire publié(e) le 28/11/2016 par Juliette Gramaglia

"Pourquoi et quand présente-t-on [une émission] devant ou derrière une table?" C'est ce genre de questions que le parti d'extrême droite allemande AfD a posé au gouvernement du Land de Saxe, dans l'Est de l'Allemagne. 630 questions sur la "radio-télévision de droit public" allemande qui ont ...

Tous les contenus de ce dossier >