Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Merkel-Draghi : qui a appelé qui ?

Par le - 15h15 - ça reste à vérifier

L'étonnant coup de fil de Merkel à Draghi. A moins que ce ne soit le contraire ? La presse semble avoir un peu de mal à s'accorder.

nouveau media

Le 1er septembre, Frédéric Lemaître, correspondant du Monde à Berlin, reprend une information de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel : Angela Merkel aurait appelé la semaine dernière le président de la Banque Centrale Européenne (BCE) ! Le contenu de la conversation est resté secret mais nul doute que cela avait à voir avec le discours prononcé par Draghi le 22 août lors de la traditionnelle réunion des banquiers centraux à Jackson Hole (Wyoming). Au détour d'un discours sur le chômage, le banquier a expliqué, devant un auditoire médusé selon Le Monde, que depuis 2010 la zone euro souffrait d'une politique budgétaire moins efficace que celle des autres économies avancées et qu'il serait pertinent qu'elle soit plus souple. En d'autres termes, "Draghi a reconnu qu'il faut sortir du tout-austérité" analyse Philippe Waechter, économiste chez Natixis AM, cité par Le Monde.

En attendant de savoir si, oui ou non, ce coup de fil pouvait être interprété comme un signe de nervosité de la part du gouvernement allemand, dont la politique de rigueur semble être remise en cause, encore faudrait-il savoir qui a appelé qui... et selon la dépêche AFP, reprise par les sites du Point et de Libération, c'est un peu plus compliqué : si le Spiegel affirme toujours que la chancelière "s'était emparée de son téléphone pour interroger M. Draghi" et savoir "ce qu'il avait voulu dire", Steffen Seibert, porte-parole du gouvernement allemand, n'a pas la même version : "Je peux confirmer qu’il y a eu un entretien téléphonique", a-t-il déclaré lors d'un point presse lundi. "C’est M. Draghi qui a appelé la chancelière", a-t-il ajouté.

Le mystère reste entier.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Allemagne, épouvantail ou modèle ?

Spiegel Macron BFM

Macron, "l'ami qui nous coûte cher" ?

Réformes ou pas ? Le débat se poursuit dans la presse allemande

observatoire publié(e) le 16/05/2017 par Juliette Gramaglia

Aider ou pas la France ? Alors que la chancelière allemande Angela Merkel recevait lundi 15 mai Emmanuel Macron, pour son premier déplacement international depuis son élection, les journalistes économiques allemands débattent du bien-fondé des propositions de Macron sur l'Union Européenne. Et...

Handelsblatt critique Macron

La presse économique allemande aime Macron, mais...

...pas sa critique de l'Allemagne !

chronique publié(e) le 24/04/2017 chez Romaric Godin

Le Handelsblatt, journal "officiel" du monde des affaires outre-Rhin, s’est réjoui des résultats du candidat d’En Marche! Une semaine après lui avoir tapé sur les doigts pour avoir osé critiquer les excédents allemands. Depuis le début de la crise de l’euro en 2010, l’Allemagne pèse ...

AfD 630 quesitons

En Allemagne, le parti d'extrême droite AfD attaque l'audiovisuel public...

... en le noyant sous une avalanche de questions saugrenues

observatoire publié(e) le 28/11/2016 par Juliette Gramaglia

"Pourquoi et quand présente-t-on [une émission] devant ou derrière une table?" C'est ce genre de questions que le parti d'extrême droite allemande AfD a posé au gouvernement du Land de Saxe, dans l'Est de l'Allemagne. 630 questions sur la "radio-télévision de droit public" allemande qui ont ...

Tous les contenus de ce dossier >