Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Crise : Joschka Fischer évoque les années 30 (Le Temps)

Par le - 09h15 - lu

Dans une tribune publiée par le quotidien suisse Le Temps, Joschka Fischer, l’ancien ministre allemand (Verts) des Affaires étrangères insiste sur la responsabilité de l'Allemagne et de son obsession de l'austérité, évoque la montée du nazisme, et propose un gouvernement européen, signale le journaliste François d'Alançon sur son blog du site de La Croix.

"L’Allemagne va-t-elle encore une fois conduire l’Europe à sa ruine?" Fischer en veut à la politique d'austérité européenne instaurée par Angela Merkel.

Il constate qu'aujourd'hui, "la maison européenne est en flammes", mais que "malheureusement, la brigade des sapeurs-pompiers est dirigée par l’Allemagne, avec à sa tête la chancelière Angela Merkel" : "L’Europe continue donc à tenter d’éteindre l’incendie avec de l’essence – l’austérité imposée par l’Allemagne – avec pour conséquence d’avoir transformé, en à peine trois ans, la crise financière de la zone euro en une crise existentielle européenne."

Fischer juge que "le remède «tuer pour guérir» de Merkel est aujourd’hui confronté à la réalité – et à la démocratie". Il souligne que l'échec de l'austérité a été acté depuis longtemps dans l'histoire : "Nous constatons une fois de plus à nos dépens que ce genre d’austérité, appliqué en dépit d’une crise financière majeure, ne conduit qu’à la dépression. Cette idée devrait être de notoriété publique; elle est après tout l’une des grandes leçons des politiques d’austérité du président américain Herbert Hoover et du chancelier allemand Heinrich Brüning de la République de Weimar dans les années 1930. Il semble hélas que l’Allemagne, qui devrait être le premier pays à s’en souvenir, ait oublié cette leçon."

nouveau media

Le Temps 30 mai 2012

Pour éviter un "abandon de l’euro" et "l’éclatement de l’Union européenne", l'ancien ministre Vert estime qu'il "revient à l’Allemagne et à la France (…) de décider quel sera l’avenir de notre continent". Et il fixe une feuille de route à l'Allemagne, mais aussi à la France : "changement radical de l’orientation économique de l’Allemagne", mais aussi "de la position de la France sur l’intégration politique et les réformes structurelles". "La France devra cautionner une union politique: un gouvernement commun avec un contrôle parlementaire commun de la zone euro. (…) L’Allemagne devra de son côté accepter une union budgétaire. En fin de compte, cela revient à garantir la survie de la zone euro grâce aux moyens et à la puissance économiques de l’Allemagne: rachat illimité des obligations d’Etat des pays en difficulté par la Banque centrale européenne, européisation des dettes nationales par le biais d’euro-obligations, et des plans de croissance pour éviter une dépression dans la zone euro et encourager un redressement économique."

Conclusion, très sombre : "Il n’est pas encore trop tard pour changer de direction, mais il ne reste aujourd’hui plus que quelques jours, quelques semaines, ou tout au plus quelques mois, mais pas des années. L’Allemagne s’est détruite elle-même – et l’équilibre européen – deux fois au cours du XXe siècle. (…) Il serait à la fois tragique et ironique qu’une Allemagne unifiée provoque la ruine, par des moyens pacifiques et les meilleures intentions du monde, de l’ordre européen pour la troisième fois."


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Allemagne, épouvantail ou modèle ?

Spiegel Macron BFM

Macron, "l'ami qui nous coûte cher" ?

Réformes ou pas ? Le débat se poursuit dans la presse allemande

observatoire publié(e) le 16/05/2017 par Juliette Gramaglia

Aider ou pas la France ? Alors que la chancelière allemande Angela Merkel recevait lundi 15 mai Emmanuel Macron, pour son premier déplacement international depuis son élection, les journalistes économiques allemands débattent du bien-fondé des propositions de Macron sur l'Union Européenne. Et...

Handelsblatt critique Macron

La presse économique allemande aime Macron, mais...

...pas sa critique de l'Allemagne !

chronique publié(e) le 24/04/2017 chez Romaric Godin

Le Handelsblatt, journal "officiel" du monde des affaires outre-Rhin, s’est réjoui des résultats du candidat d’En Marche! Une semaine après lui avoir tapé sur les doigts pour avoir osé critiquer les excédents allemands. Depuis le début de la crise de l’euro en 2010, l’Allemagne pèse ...

AfD 630 quesitons

En Allemagne, le parti d'extrême droite AfD attaque l'audiovisuel public...

... en le noyant sous une avalanche de questions saugrenues

observatoire publié(e) le 28/11/2016 par Juliette Gramaglia

"Pourquoi et quand présente-t-on [une émission] devant ou derrière une table?" C'est ce genre de questions que le parti d'extrême droite allemande AfD a posé au gouvernement du Land de Saxe, dans l'Est de l'Allemagne. 630 questions sur la "radio-télévision de droit public" allemande qui ont ...

Tous les contenus de ce dossier >