Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Squarcini / livre : plaintes croisées

Par le - 19h19 - lu

Ça chauffe chez les espions. Bernard Squarcini, le patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) va porter plainte contre les auteurs du livre "L'espion du président" qui l'accusent d'être "instrumentalisé" par l'Elysée. Une autre plainte devrait être déposée selon Patrick Maisonneuve (avocat de Squarcini) contre Mediapart et Edwy Plenel, ce dernier accusant également la DCRI d'avoir espionné des journalistes.

L'espion du président

A en croire les compte-rendus publiés cette semaine dans Le Canard enchaîné et Le Point, le livre est explosif. Dans "L'espion du président", les auteurs (Olivia Recasens et Christophe Labbé du Point, Didier Hassoux du Canard) ont travaillé pendant un an au coeur de la DCRI et dressent un portrait au vitriol de Bernard Squarcini,  son patron. Les auteurs accusent notamment les services de renseignements d'avoir espionné des journalistes.

Squarcini dans Le Canard

Les bonnes feuilles publiées par les deux hebdomadaires dans lesquels travaillent les auteurs reproduisent des témoignages de policiers ayant travaillé à la DCRI. Un membre de la sous-division "R" raconte par exemple que le processus de demandes de fadettes (factures détaillées de téléphone) "n'est ni légal, ni illégal. Il est juste en marge de la loi" en invoquant à chaque demande le risque d'un danger terroriste. "Pendant un an, on a beaucoup menti", confie une femme officier citée par Le Canard. Un autre membre de la DCRI a également expliqué que ses collègues "sont capables d'entrer n'importe où pour aller siphonner un ordinateur ou poser des micros". Il suffit que l'ordinateur soit relié à internet pour qu'un membre de la DCRI puisse y accéder. "Il y a des gens chez nous qui font ça très bien", raconte par exemple un commissaire.

Certaines surveillances seraient effectuées à la demande de l'Elysée. "La DCRI, telle qu'elle a été créée, est une agence de renseignement au service de l'Elysée", raconte un membre de la sous-division "T", celle du contre-terrorisme.

Un officier de l'équipe de Squarcini, citée dans Le Canard et dans le livre, précise : "Demander une enquête à la DCRI fait maintenant partie des signes extérieurs de pouvoir (...) A un niveau jamais atteint à l'époque Chirac ou Mitterrand". Un ancien commissaire confirme : "C'est allé trop loin. Il y a un vrai malaise dans la maison. Squarcini ne sait pas dire non au président". Car des journalistes feraient partie des personnes visées par cette surveillance.

Suite à la publication de ce livre, Squarcini a donc décidé de porter plainte pour diffamation contre les auteurs, sans préciser sur quels éléments du livre porterait cette plainte. Une autre plainte, contre Mediapart et Edwy Plenel, devrait également être déposée.

Dans un édito publié ce jeudi en réaction à la publication de "L'espion du président", le fondateur de Mediapart considère que les auteurs confirment ce qu'il pressentait : Mediapart aurait bien été "espionné sur ordre de l'Elysée". Dès novembre 2010, Mediapart le relatait en expliquant que plusieurs sources leur avaient indiqué que certains de ses journalistes avaient fait l'objet de "surveillances téléphoniques afin d'établir une cartographie de leurs relations et contacts". A l'époque, Mediapart avait également évoqué qu'une fausse rumeur, selon laquelle un des actionnaires de Mediapart serait un évadé fiscal belge, serait partie de l'Elysée. Claude Guéant était soupçonné de coordonner ces attaques. Le ministre de l'intérieur avait d'ailleurs porté plainte contre Mediapart avant de se désister après l'affaire des fadettes des journalistes du Monde.

Squarcini - Mediapart

Aujourd'hui, le livre sur Squarcini apporterait de nouvelles informations. Mediapart aurait fait l'objet "d'une enquête poussée du renseignement intérieur" notamment à cause de l'affaire Karachi. "Mediapart va évidemment saisir la justice de ces faits nouveaux afin que toute la vérité soit faite sur cet espionnage et que ses auteurs en répondent, ceux qui l’ont ordonné comme ceux qui ont exécuté cet ordre illégal", écrit Edwy Plenel.

L'avocat de Squarcini n'a pas précisé quels étaient les points litigieux de cet article de Mediapart.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Boules puantes, l'éternel retour des "z'affaires"

nouveau media

Le (petit) scandale à retardement lancé contre Bayrou, à la veille du second tour

Pourquoi aucun media n'a relayé le #bayrougate

enquête publié(e) le 12/05/2017 par Capucine Truong

Scandale censuré, ou banale affaire de médias débordés ? Un ex-assistant parlementaire, Nicolas Grégoire, affirme avoir bénéficié, en 1996 et 1997, d'emplois parlementaires fictifs tout en travaillant à l'UDF (ex-MoDem), au service de François Bayrou. Son histoire n'ayant été relayée ...

Quand j'étais (vraiment) écouté par le cabinet noir de Mitterrand

chronique publié(e) le 27/03/2017 chez Georges

En accusant un «cabinet noir» d’être à l’origine de ses ennuis judiciaires, François Fillon a sorti de la poussière une notion désuète qui paraît extraite d’un roman de cape de d’épée; l’un de ces ouvrages où Richelieu, ou Mazarin, font discrètement décacheter à la chandelle...

Fillon chateau

Pénélope, et le malin Antonin

chronique publié(e) le 25/01/2017 chez les matinautes

Même les vieux routiers des Matinales radio peuvent encore faire de belles découvertes. Hier, je découvrais ébahi Antonin André, chef du service politique d'Europe 1, l'homme qui voulait envoyer au goulag les bras cassés de la primaire PS. Magnifique découverte. Il vaut le détour, Antonin. ...

Tous les contenus de ce dossier >