Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Courroye / "fadettes" : mise en examen, mais pas de démission

Par le - 17h01 - suivi

"Une mise en examen ne vaut évidemment pas culpabilité", mais la justice avance, constate Le Monde dans son édito du 18 janvier. La veille, le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, a été mis en examen dans le cadre de l'affaire des "fadettes".

Courroye est soupçonné d'avoir voulu espionner les journalistes du Monde en réclamant leur facture détaillée pour identifier leurs sources suite à la parution d'un article bien renseigné sur l'affaire Bettencourt en 2010. Pour la juge parisienne Sylvia Zimmermann, qui instruit le dossier, il s'agit d'une "collecte illicite de données à caractère personnel par un moyen frauduleux déloyal et illicite" et d'une "violation du secret des correspondances". Cette mise en examen est la suite logique de la procédure : en décembre 2011, la Cour de cassation avait estimé que "l'atteinte portée au secret des sources des journalistes n'était pas justifiée par l'existence d'un impératif prépondérant d'intérêt public".

Fadettes

Réagissant à cette mise en examen,  Courroye a dénoncé une "véritable chasse à l'homme" et annoncé qu'il ne démissionnerait pas. "Je vais continuer à travailler comme je l'ai toujours fait", a-t-il ajouté. Cette mise en examen intervient trois mois après celle du patron des renseignements, Bernard Squarcini, dans un autre volet d'une affaire d'espionnage de journalistes du Monde.

L'occasion de revoir l'émission où nous avions reçu Gérard Davet, l'un des journalistes espionnés.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Boules puantes, l'éternel retour des "z'affaires"

nouveau media

Le (petit) scandale à retardement lancé contre Bayrou, à la veille du second tour

Pourquoi aucun media n'a relayé le #bayrougate

enquête publié(e) le 12/05/2017 par Capucine Truong

Scandale censuré, ou banale affaire de médias débordés ? Un ex-assistant parlementaire, Nicolas Grégoire, affirme avoir bénéficié, en 1996 et 1997, d'emplois parlementaires fictifs tout en travaillant à l'UDF (ex-MoDem), au service de François Bayrou. Son histoire n'ayant été relayée ...

Quand j'étais (vraiment) écouté par le cabinet noir de Mitterrand

chronique publié(e) le 27/03/2017 chez Georges

En accusant un «cabinet noir» d’être à l’origine de ses ennuis judiciaires, François Fillon a sorti de la poussière une notion désuète qui paraît extraite d’un roman de cape de d’épée; l’un de ces ouvrages où Richelieu, ou Mazarin, font discrètement décacheter à la chandelle...

Fillon chateau

Pénélope, et le malin Antonin

chronique publié(e) le 25/01/2017 chez les matinautes

Même les vieux routiers des Matinales radio peuvent encore faire de belles découvertes. Hier, je découvrais ébahi Antonin André, chef du service politique d'Europe 1, l'homme qui voulait envoyer au goulag les bras cassés de la primaire PS. Magnifique découverte. Il vaut le détour, Antonin. ...

Tous les contenus de ce dossier >