Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Bettencourt : l'Elysée a fait espionner un journaliste du Monde

Par le - 13h40 - suivi

Oui, l'Elysée a fait surveiller le journaliste du Monde Gérard Davet. Et oui, plusieurs hauts responsables de l'Etat ont menti pour couvrir ces agissements. Le Monde révèle ce matin sur son site web les suites de la plainte contre X pour violation du secret des sources, déposée il y a un an par le quotidien et son journaliste.

Pendant plusieurs mois, c'est le Parquet de Paris qui menait (sans précipitation) une enquête préliminaire. Finalement, en mai, une juge d'instruction, indépendante du pouvoir, a été nommée.

Ecoutes illégales - LeMonde.fr - 01/09/11

Et l'enquête a accéléré : alors que le Parquet n'avait jamais fait la moindre demande en ce sens, la juge a obtenu d'Orange une copie des réquisitions envoyées à l'opérateur téléphonique par les policiers de la DCRI pour obtenir les "fadettes", les "factures détaillées" de Davet. "La demande de la juge a été effectuée en urgence car il existait un risque de dépérissement des preuves – le délai de conservation des facturations détaillées (fadettes) des particuliers par les opérateurs téléphoniques n'excède pas un an", rappelle Le Monde.

Invité de France Info ce matin, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a reconnu les faits, mais en soulignant qu'il s'agissait de "repérages de communications téléphoniques" ce qui est "tout à fait différent d'écoutes". Selon lui, il "s'agissait de rechercher l'auteur de la divulgation à l'intérieur de l'administration de procédures judiciaires, ce qui est tout à fait scandaleux."

Il se garde toutefois de dire si cela "est bien ou non" picto

"L'affaire de l'atteinte au secret des sources du Monde dans le traitement du dossier Bettencourt prend désormais la dimension d'une affaire d'Etat", s'emporte Le Monde. Dans son édito du jour, il relève que "le pouvoir n'a pas hésité à bafouer la loi" : "La législation sur les écoutes, d'abord, qui réserve la recherche des fadettes au cas, strict, où les intérêts de l'Etat sont en danger. Mais aussi et surtout la loi sur la liberté de la presse, dont la dernière réforme, du 4 janvier 2010 [voulue par Nicolas Sarkozy, ndlr], dispose qu'"il ne peut être porté atteinte directement ou indirectement au secret des sources" des journalistes.

"Le sommet de l'Etat a utilisé des moyens publics à des fins privées et pour protéger le parti du président, n'hésitant pas à détourner l'action des services policiers de leur véritable mission de protection des citoyens", dénonce le journal, qui rappelle qu'il y a un an, plusieurs proches du pouvoir avaient démenti toute action illégale : "«La DCRI, ce n'est pas la Stasi, avait dit à l'Assemblée nationale le 4 novembre l'ancien ministre de l'intérieur, Brice Hortefeux. L'objectif de la DCRI, ce n'est pas de suivre des journalistes.» Nathalie Kosciusko-Morizet, alors secrétaire d'Etat à l'économie numérique, avait parlé, s'agissant de la surveillance de journalistes, «d'un vieux fantasme français" relayé par «les médias». Bernard Squarcini, interrogé par le JDD, avait nié s'être intéressé aux journalistes : «Les seuls journalistes qui m'intéressent sont ceux qui fricotent avec les services étrangers», avait-il déclaré. Jusqu'au chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, qui, interrogé le 16 novembre 2010 par des journalistes sur la possibilité que les services de police aient pu violer la loi sur le secret des sources, avait répondu : «Non, je ne l'imagine pas, je ne le crois pas…»"


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Boules puantes, l'éternel retour des "z'affaires"

nouveau media

Le (petit) scandale à retardement lancé contre Bayrou, à la veille du second tour

Pourquoi aucun media n'a relayé le #bayrougate

enquête publié(e) le 12/05/2017 par Capucine Truong

Scandale censuré, ou banale affaire de médias débordés ? Un ex-assistant parlementaire, Nicolas Grégoire, affirme avoir bénéficié, en 1996 et 1997, d'emplois parlementaires fictifs tout en travaillant à l'UDF (ex-MoDem), au service de François Bayrou. Son histoire n'ayant été relayée ...

Quand j'étais (vraiment) écouté par le cabinet noir de Mitterrand

chronique publié(e) le 27/03/2017 chez Georges

En accusant un «cabinet noir» d’être à l’origine de ses ennuis judiciaires, François Fillon a sorti de la poussière une notion désuète qui paraît extraite d’un roman de cape de d’épée; l’un de ces ouvrages où Richelieu, ou Mazarin, font discrètement décacheter à la chandelle...

Fillon chateau

Pénélope, et le malin Antonin

chronique publié(e) le 25/01/2017 chez les matinautes

Même les vieux routiers des Matinales radio peuvent encore faire de belles découvertes. Hier, je découvrais ébahi Antonin André, chef du service politique d'Europe 1, l'homme qui voulait envoyer au goulag les bras cassés de la primaire PS. Magnifique découverte. Il vaut le détour, Antonin. ...

Tous les contenus de ce dossier >