Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Vols d'ordinateurs : Karachi aussi

Par le - 16h46 - suivi

 

Comme dans l'affaire Bettencourt, les protagonistes de l'affaire de Karachi vont-ils collectionner les vols d'ordinateurs?  Le rapporteur de la mission d'information parlementaire sur l'attentat, Bernard Cazeneuve, s'était fait voler le sien il y a un an, peu après le début des travaux de la mission. On l'apprend ce mercredi, par Le Point. L'élu socialiste avait déposé plainte pour vol fin novembre 2009, mais ne l'avait jamais rendu public.

> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Le député de la Manche a tenu toutefois à relativiser cette information : "J'ai les pieds sur terre, je ne succombe à aucune paranoïa. J'ai été victime d'un vol, mais je ne dispose strictement d'aucun élément qui me conduise à le relier à mes activités parlementaires, ni a fortiori à la mission d'information sur l'attentat de Karachi. Je ne souhaite donc faire aucun commentaire à ce propos." Cazeneuve avait toutefois plusieurs fois déploré ouvertement les entraves opposées à ses investigations, souligne Le Point.

Selon les informations du journal, "ce vol aurait été accompli sans effraction mais son auteur n'a pas pu être identifié". "Le dispositif de géolocalisation contenu dans l'appareil n'aurait jamais été déclenché, ce qui signifie qu'il n'a pas été allumé depuis qu'il a été dérobé. Cette indication pourrait signifier que seul le contenu de l'ordinateur intéressait le ou les voleurs, ce qui écarterait l'hypothèse d'un simple acte crapuleux", précise le journal.

La mission parlementaire, qui avait débuté ses auditions le 10 novembre 2009, avait pour objectif d'examiner les circonstances dans lesquelles un attentat terroriste a causé, le 8 mai 2002 au Pakistan, la mort de 11 Français travaillant pour l'entreprise française DCN. Plusieurs éléments découverts par le juge antiterroriste Marc Trévidic conduisent à penser qu'un lien pourrait exister entre l'attentat et une affaire de commissions occultes sur la vente de sous-marins français au Pakistan. Le rapport final de Cazeneuve, rendu le 12 mai 2010, ne l'a pas exclu.

Coïncidence : des familles de victimes de l'attentat viennent aujourd'hui d'annoncer leur intention de porter plainte contre le président de l'Assemblée, Bernard Accoyer, qui a refusé de communiquer au juge Trévidic les compte-rendus des séances de la commission Cazeneuve.

Dans l'affaire Karachi, un autre vol d'ordinateurs, également suspect, avait eu lieu en septembre 2010 : ceux du journal Vox, qui a "osé" une couverture polémique sur Karachi: "Sarkozy a-t-il du sang sur les mains" ? Nous vous en parlions ici. Deux ordinateurs avaient été volés dans la rédaction, "mais pas deux caméras à 5000 euros, juste à côté", selon le directeur de la rédaction, Grégory Schmidt.

Ironie de l'histoire, l'information du Point est révélée précisément par le journaliste Hervé Gattegno, qui s'est lui-même fait voler son ordinateur.

Les deux affaires, Bettencourt et Karachi, ont un point commun: à des degrés divers, elles sont susceptibles de déboucher sur une mise en cause de Nicolas Sarkozy.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Boules puantes, l'éternel retour des "z'affaires"

nouveau media

Le (petit) scandale à retardement lancé contre Bayrou, à la veille du second tour

Pourquoi aucun media n'a relayé le #bayrougate

enquête publié(e) le 12/05/2017 par Capucine Truong

Scandale censuré, ou banale affaire de médias débordés ? Un ex-assistant parlementaire, Nicolas Grégoire, affirme avoir bénéficié, en 1996 et 1997, d'emplois parlementaires fictifs tout en travaillant à l'UDF (ex-MoDem), au service de François Bayrou. Son histoire n'ayant été relayée ...

Quand j'étais (vraiment) écouté par le cabinet noir de Mitterrand

chronique publié(e) le 27/03/2017 chez Georges

En accusant un «cabinet noir» d’être à l’origine de ses ennuis judiciaires, François Fillon a sorti de la poussière une notion désuète qui paraît extraite d’un roman de cape de d’épée; l’un de ces ouvrages où Richelieu, ou Mazarin, font discrètement décacheter à la chandelle...

Fillon chateau

Pénélope, et le malin Antonin

chronique publié(e) le 25/01/2017 chez les matinautes

Même les vieux routiers des Matinales radio peuvent encore faire de belles découvertes. Hier, je découvrais ébahi Antonin André, chef du service politique d'Europe 1, l'homme qui voulait envoyer au goulag les bras cassés de la primaire PS. Magnifique découverte. Il vaut le détour, Antonin. ...

Tous les contenus de ce dossier >