Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Cambriolages : Copé demande "une enquête"

Par le - 17h07 - suivi

Le PS a demandé mercredi que le patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), Bernard Squarcini, soit entendu, à la suite des révélations du Canard Enchaîné, selon lesquelles Nicolas Sarkozy superviserait "personnellement" l'espionnage de certains journalistes couvrant des affaires sensibles. De son côté, Jean-François Copé a demandé "une enquête" sur les cambriolages visant trois médias.

"Nous ne portons pas d'accusation. Mais les révélations du Canard enchaîné sont extrêmement graves. Nous demandons qu'une enquête soit menée et que le patron de la DCRI, Bernard Squarcini, soit entendu par la commission des lois de l'Assemblée nationale" , a estimé Marie-Pierre de la Gontrie, secrétaire nationale PS aux libertés publiques et à la justice, lors d'une conférence de presse mercredi matin, rapportée par l'AFP. "L'heure des explications est venue. Il ne faut pas laisser le soupçon s'installer davantage".

Aurélie Filippetti, également membre de la direction du PS, députée de Moselle, demande au chef de l'Etat de "s'en expliquer d'urgence", dans un communiqué diffusé mercredi. Les révélations sur l'espionnage de journalistes sont "très inquiétantes pour notre démocratie", estime-t-elle. "Le président de la République, qui semble-t-il se révèle le fils spirituel de Richard Nixon, doit parler et tourner le dos à ces pratiques honteuses".

Pour Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, "une commission indépendante doit au plus vite enquêter sur ces informations, ainsi que sur les cambriolages commis au Monde, au Point et à Mediapart." "Cela n'a rien de farfelu, cela s'appelle la démocratie. (...) Ces révélations ne sont qu'un des multiples épisodes de la crise que nous vivons depuis cet été, remarque-t-elle. A chaque fois que la presse révèle des faits graves sur des membres du gouvernement, ceux-ci se retranchent dans le déni ou le mensonge."

Cambriolages : copé demande "une enquête"

Le président du groupe UMP à l'Assemblée, Jean-François Copé, a qualifié de son côté "d'allégations" l'article du Canard Enchaîné. Mais, interrogé sur le vol d'ordinateurs de journalistes ayant travaillé sur l'affaire Bettencourt, il n'a pas manqué de demander "qu'une enquête soit faite et qu'elle permette de voir qui sont les auteurs du vol". A notre connaissance, c'est la première fois qu'un responsable de la majorité fait une telle déclaration. Tout en ajoutant : "Je trouve que l'on va un peu vite en disant que c'est forcément l'Elysée". "L'Elysée et la majorité ont quand même bon dos. Ce serait bien que l'on essaie de démontrer les choses avant de les affirmer".

Un peu plus tôt, dans la matinée, Xavier Bertrand secrétaire général de l'UMP, a qualifié de "grand n'importe quoi" les accusations du Canard. "Ce n'est pas la première fois que Le Canard enchaîné est pris en flagrant délire, il reste dans la même veine", a-t-il ajouté. "Rappelez-vous, voilà quelques mois", l'hebdomadaire satirique "avait dit que dans le futur avion du président de la République, il y aurait même une baignoire, une baignoire sabot. C'était déjà du grand n'importe quoi", a-t-il fait valoir.

A propos des accusations jugées "farfelues" du Canard, lire la chronique du matinaute Daniel Schneidermann.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Boules puantes, l'éternel retour des "z'affaires"

nouveau media

Le (petit) scandale à retardement lancé contre Bayrou, à la veille du second tour

Pourquoi aucun media n'a relayé le #bayrougate

enquête publié(e) le 12/05/2017 par Capucine Truong

Scandale censuré, ou banale affaire de médias débordés ? Un ex-assistant parlementaire, Nicolas Grégoire, affirme avoir bénéficié, en 1996 et 1997, d'emplois parlementaires fictifs tout en travaillant à l'UDF (ex-MoDem), au service de François Bayrou. Son histoire n'ayant été relayée ...

Quand j'étais (vraiment) écouté par le cabinet noir de Mitterrand

chronique publié(e) le 27/03/2017 chez Georges

En accusant un «cabinet noir» d’être à l’origine de ses ennuis judiciaires, François Fillon a sorti de la poussière une notion désuète qui paraît extraite d’un roman de cape de d’épée; l’un de ces ouvrages où Richelieu, ou Mazarin, font discrètement décacheter à la chandelle...

Fillon chateau

Pénélope, et le malin Antonin

chronique publié(e) le 25/01/2017 chez les matinautes

Même les vieux routiers des Matinales radio peuvent encore faire de belles découvertes. Hier, je découvrais ébahi Antonin André, chef du service politique d'Europe 1, l'homme qui voulait envoyer au goulag les bras cassés de la primaire PS. Magnifique découverte. Il vaut le détour, Antonin. ...

Tous les contenus de ce dossier >