Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Cambriolages : "j'vois pas en quoi ça me concerne" (Sarkozy)

Par le - 17h53 - suivi

Quelle est la position de Nicolas Sarkozy sur les très étranges cambriolages qui ont visé les journalistes travaillant sur l'affaire Woerth-Bettencourt au Monde, au point et à Mediapart ? C'est ce qu'a demandé cet après-midi Arnaud Leparmentier, du Monde, au chef de l'Etat lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

Réponse, reprise sur le blog de Leparmentier et visible sur le site de l'Elysée :

"J'vois pas en quoi cela me concerne. Vous attendez un commentaire de moi sur une enquête. Je vois pas en quoi ça peut concerner le chef de l’Etat. Je vois trop ce qu’un commentaire de ma part pourrait amener comme commentaire de la vôtre.”

En clair, merci de passer à autre chose... picto

 



Cette réponse ressemble fort à une sortie tout aussi désinvolte, toujours à Bruxelles, il y a plus d'un an. Le 19 juin, Sarkozy avait qualifié de "fable" l'hypothèse selon laquelle l'attentat de Karachi du 8 mai 2002 était lié à un financement illégal de la campagne présidentielle de 1995 d'Edouard Balladur, dont il était le porte-parole.

picto Les scènes sont bizarrement ressemblantes.


Ce n'est donc pas Nicolas Sarkozy qui va accompagner le matinaute Daniel Schneidermann dans sa dénonciation énergique de ces cambriolages visant des journalistes.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Boules puantes, l'éternel retour des "z'affaires"

nouveau media

Le (petit) scandale à retardement lancé contre Bayrou, à la veille du second tour

Pourquoi aucun media n'a relayé le #bayrougate

enquête publié(e) le 12/05/2017 par Capucine Truong

Scandale censuré, ou banale affaire de médias débordés ? Un ex-assistant parlementaire, Nicolas Grégoire, affirme avoir bénéficié, en 1996 et 1997, d'emplois parlementaires fictifs tout en travaillant à l'UDF (ex-MoDem), au service de François Bayrou. Son histoire n'ayant été relayée ...

Quand j'étais (vraiment) écouté par le cabinet noir de Mitterrand

chronique publié(e) le 27/03/2017 chez Georges

En accusant un «cabinet noir» d’être à l’origine de ses ennuis judiciaires, François Fillon a sorti de la poussière une notion désuète qui paraît extraite d’un roman de cape de d’épée; l’un de ces ouvrages où Richelieu, ou Mazarin, font discrètement décacheter à la chandelle...

Fillon chateau

Pénélope, et le malin Antonin

chronique publié(e) le 25/01/2017 chez les matinautes

Même les vieux routiers des Matinales radio peuvent encore faire de belles découvertes. Hier, je découvrais ébahi Antonin André, chef du service politique d'Europe 1, l'homme qui voulait envoyer au goulag les bras cassés de la primaire PS. Magnifique découverte. Il vaut le détour, Antonin. ...

Tous les contenus de ce dossier >