Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Cambriolages / Bettencourt : Mediapart, dès le 8 octobre

Par le - 14h28 - suivi

Et de trois. Mediapart annonce aujourd'hui avoir été également cambriolé, deux semaines avant le vol des ordinateurs des journalistes du Monde et du Point en charge du suivi de l'affaire Bettencourt. Deux ordinateurs et deux cédéroms contenant les enregistrements de Liliane Bettencourt par son majordome ont été volés.

 "Dans la nuit du 7 au 8 octobre, un ou plusieurs inconnus se sont introduits, sans laisser de traces d'effraction, dans les locaux de Mediapart, situés passage Brulon dans le XIIe arrondissement de Paris. Le dernier employé, qui a quitté nos locaux à 22 heures le jeudi soir, avait refermé à clef derrière lui", raconte le site.

  

mediapart

Pourquoi le site n'en parle-t-il que maintenant? "Mediapart n'avait pas jugé nécessaire de médiatiser ce cambriolage, qui peut très bien être le fait d'un simple maraudeur, jusqu'à ce que l'on apprenne que les journalistes du Monde et du Point avaient été victimes de vols similaires, dans la soirée du jeudi 21 octobre".

Etonamment, le site ne s'est pas rendu compte immédiatement de l'ensemble des vols effectués lors de ce cambriolage. La rédaction s'est rendu compte dans un premier temps du vol de l'ordinateur portable de la responsable de la communication du site, Yolande Laloum-Davidas, de même que celui d'un stagiaire affecté au service communication. "Le bureau sur lequel se trouvaient ces deux ordinateurs est mitoyen des bureaux de Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme", explique Médiapart. "Mais les deux journalistes qui ont suivi de près l'affaire Bettencourt n'avaient pas laissé leurs ordinateurs à la rédaction ce soir-là."

Puis, après les cambriolages de Gérard Davet (Le Monde) et du Point, Mediapart s'est rendu compte, deux semaines après leur propre cambriolage, que les deux cédéroms contenant l'intégralité des enregistrements effectués clandestinement au domicile de Liliane Bettencourt par son ancien majordome avaient disparu de leur rédaction. Ce sont ces deux cédéroms qui ont permis de lancer l'affaire. "Ils étaient rangés dans l'un des tiroirs où Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme rangent leurs documents, sous le bureau du premier nommé", note Médiapart.

Ils se sont rendu compte également à ce moment là du vol d'un disque dur externe appartenant à la chargé de communication, contenant certaines données confidentielles (sur les actionnaires, la capitalisation de la société...) et toutes les archives de Mediapart depuis sa création.

Mediapart a déposé plainte dès le vendredi 8 octobre pour vol au commissariat du XIIe arrondissement.

 


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Boules puantes, l'éternel retour des "z'affaires"

nouveau media

Le (petit) scandale à retardement lancé contre Bayrou, à la veille du second tour

Pourquoi aucun media n'a relayé le #bayrougate

enquête publié(e) le 12/05/2017 par Capucine Truong

Scandale censuré, ou banale affaire de médias débordés ? Un ex-assistant parlementaire, Nicolas Grégoire, affirme avoir bénéficié, en 1996 et 1997, d'emplois parlementaires fictifs tout en travaillant à l'UDF (ex-MoDem), au service de François Bayrou. Son histoire n'ayant été relayée ...

Quand j'étais (vraiment) écouté par le cabinet noir de Mitterrand

chronique publié(e) le 27/03/2017 chez Georges

En accusant un «cabinet noir» d’être à l’origine de ses ennuis judiciaires, François Fillon a sorti de la poussière une notion désuète qui paraît extraite d’un roman de cape de d’épée; l’un de ces ouvrages où Richelieu, ou Mazarin, font discrètement décacheter à la chandelle...

Fillon chateau

Pénélope, et le malin Antonin

chronique publié(e) le 25/01/2017 chez les matinautes

Même les vieux routiers des Matinales radio peuvent encore faire de belles découvertes. Hier, je découvrais ébahi Antonin André, chef du service politique d'Europe 1, l'homme qui voulait envoyer au goulag les bras cassés de la primaire PS. Magnifique découverte. Il vaut le détour, Antonin. ...

Tous les contenus de ce dossier >