Extraordinaire, fabuleuse, fantastique, bref gold premium, la présidence Trump ne ressemblera à aucune autre. Et tant pis pour les jaloux, les aigris, les moches et les pauvres.

Publié le 22/11/2016  Alimenté le 16/05/2017
nouveau media
observatoire du par

Limogeage du patron du FBI : comment les réseaux sociaux transforment une affaire d'Etat en gag

Cache-cache, couacs et Reddit

Ça aurait dû être une affaire d'Etat grave et sérieuse. Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a limogé le directeur du FBI, James Comey, chargé d'une enquête sur les liens que ledit président aurait pu avoir entretenu, pendant sa campagne, avec le pouvoir russe. L'annonce, qui a fait l'effet d'une bombe mardi 11 mai, menace de tourner au comedy-show des plus ridicules, avec Sean Spicer, et Donald Trump lui-même, dans le rôle des comiques.

L'annonce est tombée brusquement mardi 11 mai dans la presse : Donald Trump a décidé de limoger le directeur du FBI, James Comey, chargé de superviser l'enquête sur les liens qu'auraient pu entretenir Trump, durant sa campagne, avec le pouvoir russe. Dans sa lettre à Comey, diffusée par la Maison Blanche, Trump explique ainsi vouloir trouver "une nouvelle direction pour le FBI qui restaure la confiance du public dans sa mission vitale d'application de la loi." Il déclare par ailleurs avoir simplement entériné la recommandation du Ministre de la Justice, Jeff Sessions, estimant que Comey n'était "plus capable" de diriger le FBI.

A Washington, la décision fait immédiatement l'effet d'un coup de tonnerre. Selon les explications officielles de la Maison Blanche, Trump aurait limogé le directeur du FBI en raison de sa gestion controversée de l'affaire des e-mails d'Hillary Clinton. Pour rappel, Clinton avait été accusée d'avoir utilisé une messagerie privée non cryptée pour communiquer des informations classées avec ses collaborateurs, dont son ex-directeur de campagne, John Podesta. A l'époque, Comey avait été pointé du doigt par les soutiens démocrates de la candidate, lui reprochant de vouloir peser sur le résultat de l'élection.

Assez pour le licencier brusquement ? Les démocrates, suivis par une partie de la presse, accusent rapidement la Maison Blanche de vouloir affaiblir l'enquête du FBI sur la Russie, voire la détourner totalement du gouvernement actuel. Et...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Trump : impossible ici, vraiment ?

chronique publié(e) le 16/05/2017 chez les matinautes

Depuis qu'il a surgi dans le champ de vision du journalisme politique et diplomatique, chacun pressent que le problème Trump dépasse les catégories habituelles de ces nobles corps de métier. Tenter de comprendre les actes de Trump sous l'angle de la stratégie politique mène dans une impasse. ...

nouveau media

Rencontre Trump/Lavrov : les medias US furieux d'avoir été évincés

Cachez cette poignée de main que je ne saurais voir

observatoire publié(e) le 13/05/2017 par Robin Andraca

La rencontre entre le ministre russe des Affaires étrangères et Donald Trump devait rester discrète. C'est raté. Alors que la visite s’est déroulée à huis clos, sans aucun journaliste, les photos de cette rencontre ont ensuite été postées sur le net par le ministère russe des Affaires ...

nouveau media

Les médias US conquis par les frappes de Trump en Syrie

"Ces belles images de nuit", "Trump est devenu président" et... un vieux tube de Leonard Cohen

observatoire publié(e) le 17/04/2017 par Robin Andraca

"Ce sont des belles images" : au lendemain des premiers bombardements de Trump en Syrie, l'animateur de MSNBC, Brian Williams, s'est extasié devant les images fournies par le ministère de la défense américaine, et la décision prise par le président américain. Le New York Times et CNN, dans le...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Découper Trump en journées

"Nous savons bien qu'au fond ce mur ne sera jamais vraiment construit"... Etrange.... Ce mur est construit, aux deux tiers...

Par Arnaud Romain
le 06/02/2017

Trumpisation, trumpocène, deuxième semaine

Touché (ému, inquiet) ce matin par l'aveu de découragement de Daniel Schneidermann. Hé, ce n'est pas le moment des hauts-le-...

Par Olivier ANSELM
le 14/11/2016

Trump président : dépasser le vertige

Il y a un mois, Daniel, vous me "débiniez" publiquement lorsque je contrebalançais votre 9h15 sur le premier duel Trump/...

Par Arnaud Romain
le 09/11/2016
Tous les forums >