vignette cohen
observatoire du par

Carte de presse supprimée pour l'intermittente Pascale Clark

L'affaire souligne l'abus de contrats précaires dans l'audiovisuel

"Ce soir, je vais vous parler de ma vie." Ce n'était pas un auditeur intervenant lors d'une libre-antenne qui s'exprimait ainsi, lundi 9 mars à 21h sur l'antenne de France Inter, mais bien la journaliste Pascale Clark. Ou ex-journaliste ? Une lettre adressée par la Commission de la carte d'identité des journalistes professionnels (CCIJP) lui a notifié, samedi, que sa carte de presse ne lui serait pas renouvelée en 2015.

Pour protester contre cette décision, la journaliste sans-papiers a changé de métier : "Comme je ne suis pas – plus – journaliste, soudainement, après trente ans, je m'en voudrais d'usurper tel titre ou telle carte. Ce soir, et peut-être que d'autres suivront, voici DJ Clark : DJ, il paraît qu'on peut exercer sans carte professionnelle", a-t-elle ironisé à l'antenne, avant de diffuser de la musique.

La décision de la commission n'a manifestement pas plu non plus à son collègue Patrick Cohen, qui a protesté en coupant sa propre carte de presse en direct sur l'antenne de France Inter, ce 10 mars :

Le geste a provoqué l'ironie d'une autre figure de la station, la reporter Vanessa Descoureaux (qui a "découpé sa carte de cantine, car les courgettes à l'eau c'est plus possible"), et le scepticisme d'un ancien président de CCIJP, Olivier Da Lage, pour qui "l'utilisation à son profit personnel de l'antenne de France Inter par Pascale Clark et Patrick Cohen est la négation du service public."

Emission d'info ou non ?

Pourquoi la journaliste n'a-t-elle pas pu recevoir cette année le petit sésame de plastique – qu'elle possède pourtant depuis trente ans ? D'après Clark, la CCIJP invoque deux raisons dans sa lettre : d'abord, "A'live ne présente pas le caractère d'une émission d'information". La même objection avait été faite à propos du Petit Journal, de Canal+, et avait occasionné des débats autour de l'attribution de la carte de presse à ses employés. Pas une émission...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe